Revue canadienne d’orthophonie et d’audiologie

Développement, validation et normalisation de la Batterie d’évaluation de la compréhension syntaxique : une collaboration Québec-Suisse

 
Auteur(s) Marie-Ève Bourgeois
Marion Fossard
Laura Monetta
Annie Bergeron
Marc Perron
Vincent Martel-Sauvageau
Volume 43
Nombre 2
Année 2019
Page(s) 109-120
Langue Français
Catégorie Article de recherche
Mots-clés Syntaxe
Évaluation
Aphasie
Normalisation
Abrégé To fill the lack of French evaluation tools, the Batterie d’évaluation de la compréhension syntaxique [a battery for the evaluation of syntax processing] was developed in collaboration with research teams from Switzerland and the province of Québec. First, participants with aphasia (n = 30) were recruited to complete convergent, divergent, and discriminant validity and reliability assessments. The results showed good convergent validity, excellent divergent validity, and excellent reliability for the battery. Discriminant validity analyses revealed that the Batterie d’évaluation de la compréhension syntaxique is as specific as the syntactic comprehension task of the Protocole Montréal-Toulouse d’examen linguistique de l’aphasie and is more sensitive than this commonly used test in identifying post-stroke patients with syntactic comprehension deficits. Second, two groups of healthy participants from Switzerland (n = 75) and Québec (n = 25) were recruited to provide standardized data. Analyses were conducted to compare the impact of geographic origin, age, and education on performance on the battery. Control participants from Québec and Switzerland performed similarly on the battery. Only education level had a significant effect on performance; normative data was therefore stratified accordingly. Results showed that the Batterie d’évaluation de la compréhension syntaxique had good metrological qualities and norms can be used with both Québec-French and Swiss-French populations.

Afin de combler le manque d’outils d’évaluation disponibles en français, la Batterie d'évaluation de la compréhension syntaxique a été élaborée conjointement par des équipes de recherche de la Suisse et du Québec. D’abord, des participants souffrant d’aphasie (n = 30) ont été recrutés afin d'évaluer les validités convergente, divergente et discriminante, ainsi que pour déterminer la fidélité test-retest de l'outil. Les résultats de ces analyses ont montré que la batterie avait une bonne validité convergente, une excellente validité divergente et une excellente fidélité test-retest. Les analyses effectuées pour déterminer la validité discriminante ont quant à elles révélé que la Batterie d'évaluation de la compréhension syntaxique était aussi spécifique que la tâche d’évaluation de compréhension de phrases du Protocole Montréal-Toulouse d’examen linguistique de l’aphasie, en plus d’être plus sensible que ce test couramment utilisé pour identifier les patients ayant été victimes d’un accident vasculaire cérébral et présentant des déficits de compréhension syntaxique. Ensuite, deux groupes de participants sains provenant de la Suisse (n = 75) et du Québec (n = 25) ont été recrutés afin d’effectuer une normalisation de la batterie. Des analyses ont été effectuées afin de comparer l’impact de la provenance géographique, de l’âge et du niveau de scolarité sur la performance à la batterie. Les résultats montrent que les participants provenant du Québec et de la Suisse performent de manière similaire. Seul le niveau de scolarité a un effet significatif sur les performances aux tâches; les normes présentées sont donc stratifiées en ce sens. Les résultats suggèrent que la Batterie d’évaluation de la compréhension syntaxique a de bonnes qualités métrologiques et que ses normes peuvent être utilisées auprès des populations franco-suisse et franco-québécoise.
ID 1243
Lien http://cjslpa.ca/files//2019_CJSLPA_Vol_43/No_2/CJSLPA_Vol_43_No_2_2019_MS_1169.pdf
 
Share |

La RCOA est une revue à accès libre, ce qui signifie que tous les articles sont accessibles sur Internet à tous les utilisateurs dès la publication. Les utilisateurs sont autorisés à lire, télécharger, copier, distribuer, imprimer, interroger ou référencer le contenu intégral des articles, ou à utiliser ce contenu à toutes autres fins licites.

La RCOA n’impose aucuns frais d’édition ou de traitement aux auteurs.

C’est l’Orthophonie et Audiologie Canada (OAC) qui détient le droit d’auteur de la Revue canadienne d’orthophonie et d’audiologie. Il faut mentionner la source (OAC, nom de la publication, titre de l’article, numéro du volume, numéro de parution et nombre de pages), mais sans laisser entendre que l’OAC vous approuve ou approuve l’utilisation que vous faites du texte. Il est interdit d’utiliser le document à des fins commerciales. Il est interdit de modifier, transformer ou développer le texte.