Revue canadienne d’orthophonie et d’audiologie

Les bonnes vibrations : une étude de démonstration de faisabilité des caractéristiques temporelles des sons ressemblant à ceux du surf à privilégier pour le traitement des acouphènes

 
Auteur(s) Grant Donald Searchfield
Roanna Mowbray
Dina Raveh
Kei Kobayashi
Volume 43
Nombre 3
Année 2019
Page(s) 216-229
Langue Anglais
Catégorie Article de recherche
Mots-clés TINNITUS
SOUND THERAPY
MASKING
Abrégé A common audiological method of tinnitus management is to reduce tinnitus audibility by masking. To be effective, masking sounds need to be comfortable for long periods of time. Nature sounds, such as ocean waves or surf sounds, have been suggested to be effective for this reason. Natural or simulated surf sounds are typified by rhythmic oscillations in intensity. There are established asymmetric behavioural and physiological responses to oscillatory sounds that are ramped (gradually increase in intensity then decrease rapidly) versus damped (increase rapidly then decrease gradually over time). Ramped sounds engage attention while damped sounds are more comfortable. The aim of this study was to determine if such asymmetries in response are also translated to tinnitus masking. Two experiments were undertaken with groups of 10 tinnitus sufferers. In Part 1, an experimental round-robin tournament method was used along with rating scales to compare preferences among four recordings of natural surf sounds. In Part 2, a round-robin tournament comparing nine simulated surf sounds was used. Results indicated a preference for damped sounds over ramped sounds. Slower oscillations (rise and decay times of 5–8 seconds) were preferred to faster oscillations (rise and decay times of 2 seconds). The asymmetry in short-term tinnitus masking response to ramped and damped sounds is consistent with existing psychoacoustic research. The potential clinical use of oscillatory sounds and mechanisms underpinning observations are discussed.

Une approche fréquemment utilisée en audiologie pour le traitement des acouphènes est le masquage par un son, ce qui réduit la sensation de l’acouphène. Pour être efficaces, les sons masquants doivent pouvoir être écoutés confortablement sur de longues périodes. C’est pour cette raison que les sons de la nature, comme les sons de vague ou de surf, ont été suggérés comme étant efficaces. Les sons de surf, naturels ou simulés, sont caractérisés par des oscillations rythmiques variant en intensité. Il y a des réponses comportementales et physiologiques asymétriques connues aux sons dont l’intensité augmente graduellement puis diminue rapidement et ceux dont l’intensité augmente rapidement puis diminue graduellement dans le temps. Les premiers attirent l'attention tandis que les deuxièmes sont plus confortables à écouter. L’objectif de cette étude était de déterminer si ces réponses asymétriques se traduisaient également par une diminution de la sensation des acouphènes. Deux expériences ont été réalisées auprès de groupes composés de 10 personnes ayant des acouphènes. Dans la première expérience (Part 1), une méthode expérimentale d’essais circulaires et des échelles de cotation ont été utilisées pour comparer les préférences des participants entre quatre enregistrements de sons de surf naturels. Dans la deuxième expérience (Part 2), un essai circulaire comparant neuf sons de surf simulés a été utilisé. Les résultats indiquent que les participants ont une préférence pour les sons dont l’intensité augmente rapidement puis diminue graduellement dans le temps. Les résultats indiquent également que les participants préfèrent les oscillations plus lentes (temps de montée et de descente entre 5 et 8 secondes) aux oscillations plus rapides (temps de montée et de descente de 2 secondes). Les réponses asymétriques observées lors de courts masquages des acouphènes par des sons dont l’intensité augmente graduellement puis diminue rapidement et des sons dont l’intensité augmente rapidement puis diminue graduellement dans le temps sont consistantes avec les résultats d’autres recherches en psychoacoustique. L'utilisation clinique potentielle des sons oscillatoires et les mécanismes qui sous-tendent les observations ayant été effectuées sont discutés.
ID 1252
Lien http://cjslpa.ca/files//2019_CJSLPA_Vol_43/No_3/CJSLPA_Vol_43_No_3_2019_MS_1170.pdf
 
Share |

La RCOA est une revue en accès libre, ce qui signifie que tous les articles sont disponibles sur Internet dès leur publication, et ce, pour tous les utilisateurs. Les utilisateurs sont autorisés à lire, télécharger, copier, distribuer, imprimer, rechercher ou fournir le lien vers le contenu intégral des articles, ou encore, à utiliser les articles à toutes autres fins légales.

La RCOA ne charge aucun frais pour le traitement ou la publication des manuscrits.

C’est l’Orthophonie et Audiologie Canada (OAC) qui détient les droits d’auteur de la Revue canadienne d’orthophonie et d’audiologie. Il faut mentionner la source (OAC, nom de la publication, titre de l’article, numéro du volume, numéro de la parution et numéro des pages), mais sans laisser entendre que OAC vous approuve ou approuve l’utilisation que vous faites du texte. Il est interdit d’utiliser les documents à des fins commerciales. Il est interdit de modifier, transformer ou développer le texte.