Revue canadienne d’orthophonie et d’audiologie

Analyse des erreurs de dénomination dans le vieillissement normal, le trouble cognitif léger et la maladie d’Alzheimer

 
Auteur(s) Mélanie Gallant
Monica Lavoie
Carol Hudon
Laura Monetta
Volume 43
Nombre 2
Année 2019
Page(s) 95-108
Langue Anglais
Catégorie Article de recherche
Mots-clés Anomia
Mild cognitive
Impairment
Naming
Alzheimer’s disease
Cognitive aging
Semantic memory
Abrégé The aim of this study was to document the functional origin of anomia in mild cognitive impairment in comparison to Alzheimer’s disease and healthy cognitive aging. An oral naming task of 260 pictures was administered to 20 individuals with mild cognitive impairment, 5 with mild Alzheimer’s disease, and 15 healthy controls. The mean total number of errors and types of naming errors were compared across the groups. The effect of psycholinguistic parameters and the efficacy of semantic and phonological cueing were also analyzed. Results showed a significant difference among the three groups’ total number of naming errors (Alzheimer’s disease > mild cognitive impairment > healthy controls). Similar types of naming errors were found among the groups and mainly consisted of coordinate semantic paraphasias. Further, less familiar words were associated with greater error probability in all groups. Finally, based on error types, psycholinguistic parameters, and efficacy of cueing, the main origin of anomia was determined for each participant and different patterns were observed among the three groups. In healthy controls, the origin of anomia was lexical. In mild cognitive impairment, the origin of anomia was lexical for 60% and semantic for 40% of participants. In Alzheimer’s disease, a degradation of fine and distinctive semantic features seems to be the main cause of anomia. Although the present data are limited due to small sample size, they will be useful in the development of appropriate interventions aiming to reduce anomia in the elderly.

L’objectif de la présente étude était de documenter l’origine fonctionnelle de l’anomie chez des individus ayant un trouble cognitif léger, lorsque comparés à des individus atteints de la maladie d’Alzheimer et des individus ayant un vieillissement cognitif normal. Pour ce faire, une tâche de dénomination orale, composée de 260 stimuli visuels, a été administrée à 20 individus ayant un trouble cognitif léger, 5 individus atteints d’une forme légère de la maladie d’Alzheimer et 15 individus ayant un vieillissement cognitif normal. Le nombre total d’erreurs de dénomination, ainsi que le type d’erreurs, ont été comparés. L’influence des propriétés psycholinguistiques des mots, ainsi que l’efficacité de l’indiçage phonologique et sémantique, sur la probabilité de commettre une erreur ont également été analysées. Les résultats ont révélé des différences significatives entre les trois groupes quant au nombre total d’erreurs de dénomination (maladie d’Alzheimer > trouble cognitif léger > vieillissement cognitif normal). Néanmoins, le type d’erreurs effectuées par les individus des trois groupes était similaire; il s’agissait principalement d’erreurs de type paraphasies sémantiques coordonnées. Ajoutons également que les mots moins familiers étaient associés à un plus grand risque d’erreurs dans les trois groupes. Enfin, en s’appuyant sur le type d’erreurs effectuées par les individus de chaque groupe, l’influence des paramètres psycholinguistiques et l’efficacité de l’indiçage, l’origine fonctionnelle de l’anomie a été déterminée pour chaque participant. Différents patrons ont été observés pour chacun des trois groupes. Chez les individus ayant un vieillissement cognitif normal, l’origine de l’anomie était principalement lexicale. Chez les individus ayant un trouble cognitif léger, l’origine de l’anomie était lexicale dans 60% des cas, alors qu’elle était sémantique dans l’autre 40% des cas. Chez les individus atteints de la maladie d’Alzheimer, la dégradation des caractéristiques sémantiques fines et distinctives semblait être la principale cause de l’anomie. Malgré les limitations dues à la taille de l’échantillon, les données recueillies dans le cadre de la présente étude seront utiles au développement d’interventions visant à réduire l’anomie des personnes âgées.
ID 1242
Lien http://cjslpa.ca/files//2019_CJSLPA_Vol_43/No_2/CJSLPA_Vol_43_No_2_2019_MS_1146.pdf
 
Share |

La RCOA est une revue à accès libre, ce qui signifie que tous les articles sont accessibles sur Internet à tous les utilisateurs dès la publication. Les utilisateurs sont autorisés à lire, télécharger, copier, distribuer, imprimer, interroger ou référencer le contenu intégral des articles, ou à utiliser ce contenu à toutes autres fins licites.

La RCOA n’impose aucuns frais d’édition ou de traitement aux auteurs.

C’est l’Orthophonie et Audiologie Canada (OAC) qui détient le droit d’auteur de la Revue canadienne d’orthophonie et d’audiologie. Il faut mentionner la source (OAC, nom de la publication, titre de l’article, numéro du volume, numéro de parution et nombre de pages), mais sans laisser entendre que l’OAC vous approuve ou approuve l’utilisation que vous faites du texte. Il est interdit d’utiliser le document à des fins commerciales. Il est interdit de modifier, transformer ou développer le texte.