Revue canadienne d’orthophonie et d’audiologie

Le rôle des orthophonistes dans l’aide médicale à mourir : informer la pratique clinique par l’entremise de l’expérience canadienne

 
Auteur(s) Katrina DeZeeuw
Emilie Lalonde Myers
Volume 44
Nombre 2
Année 2020
Page(s) 49-56
Langue Anglais
Catégorie Article cliniques
Mots-clés Medical Assistance in Dying
Assisted death
Assisted dying
Physician assisted death
Euthanasia
Communication
Alternative and augmentative communication
Communication impairment
Speech-language pathology
Abrégé Communication is an integral part of the medical assistance in dying assessment process in Canada, as reflected by the legislation of Bill C-14 (2016), provincial and hospital policies, and professional association statements. For patients with communication impairments, which are common in the end-of-life patient population, the ability to communicate their wishes regarding care, including medical assistance in dying, can be very challenging. Speech-language pathologists have training in assessment and treatment of communication and cognition impairments, therefore are uniquely qualified to support these patients and ensure that their basic human right to communicate is respected. However, there is a paucity of published literature regarding the role of speech-language pathologists in medical assistance in dying. This paper reviews the role for speech-language pathologists in medical assistance in dying and recommends an approach to integrating their expertise into the medical assistance in dying assessment process.

Au Canada, la communication fait partie intégrante du processus d’évaluation de l’aide médicale à mourir, comme en témoignent le projet de loi C-14 (2016), les politiques provinciales et hospitalières, ainsi que les énoncés de position des associations professionnelles. Parmi les patients en fin de vie, nombreux sont ceux ayant un trouble de la communication. Pour ces patients, il peut s’avérer très difficile de communiquer les volontés qu’ils ont concernant les soins leur étant administrés, y compris ceux de l’aide médicale à mourir. La formation des orthophonistes inclut l’évaluation et le traitement des troubles de la communication et de la cognition. Ces professionnels possèdent donc des compétences uniques qui leur permettent de soutenir les patients en fin de vie et de veiller à ce que leur droit fondamental à la communication soit respecté. Peu de littérature n’a néanmoins été publiée sur le rôle des orthophonistes dans l’aide médicale à mourir. Le présent article examine le rôle des orthophonistes dans l’aide médicale à mourir et recommande une approche favorisant l’intégration de l’expertise de ces professionnels dans le processus d’évaluation de l’aide médicale à mourir.
ID 1259
Lien https://cjslpa.ca/files/2020_CJSLPA_Vol_44/No_2/CJSLPA_Vol_44_No_2_2020_MS_1196.pdf
 

La RCOA est une revue en accès libre, ce qui signifie que tous les articles sont disponibles sur Internet dès leur publication, et ce, pour tous les utilisateurs. Les utilisateurs sont autorisés à lire, télécharger, copier, distribuer, imprimer, rechercher ou fournir le lien vers le contenu intégral des articles, ou encore, à utiliser les articles à toutes autres fins légales.

La RCOA ne charge aucun frais pour le traitement ou la publication des manuscrits.

C’est l’Orthophonie et Audiologie Canada (OAC) qui détient les droits d’auteur de la Revue canadienne d’orthophonie et d’audiologie. Il faut mentionner la source (OAC, nom de la publication, titre de l’article, numéro du volume, numéro de la parution et numéro des pages), mais sans laisser entendre que OAC vous approuve ou approuve l’utilisation que vous faites du texte. Il est interdit d’utiliser les documents à des fins commerciales. Il est interdit de modifier, transformer ou développer le texte.