Revue canadienne d’orthophonie et d’audiologie

The Utility of Symptom Checklists in Long-Term Postlaryngectomy Follow-Up of Tracheoesophageal Speakers

 
Auteur(s) Philip C. Doyle, Editor
Adam M. B. Day
Heather D. Whitney
Candace Myers
Tanya L. Eadie
Volume 33
Nombre 4
Année 2009
Page(s) 174-182
Langue Anglais
Catégorie
Mots-clés laryngectomy
head
and
neck
cancer
quality
of
life
laryngeal
symptom checklists
rehabilitation
Abrégé This study evaluated the application and clinical utility of the Rotterdam Symptom Checklist (RSCL) in the long-term follow up of individuals who had undergone total laryngectomy. The RSCL provides an index of physical, psychological, and activity status in those who experience illness and/or disability. Twenty-four adults (12 men and 12 women) served as participants. All 24 speakers used tracheoesophageal (TE) speech as their primary mode of alaryngeal communication. Based on the data obtained, substantial variability was observed for both women and men who participated. While extensive defi cits were not noted for some areas of assessment addressed in the RSCL, this symptom assessment instrument appears to be sensitive to a variety of concerns that may exist in the more extended postlaryngectomy period. Such evaluations are not typically considered in the long-term period postlaryngectomy after regular medical surveillance has been completed. Thus, the fi ndings of the present study suggest that the use of such symptom checklists could provide an ongoing baseline measure across the three domains represented in the RSCL. The value of this type of continuous baseline over the course of long-term follow up by speech-language pathologists would seem to offer considerable value to evaluating rehabilitation and the process of monitoring both short- and long-term postlaryngectomy outcomes.

La présente étude a évalué l’utilisation et l’utilité clinique de la Liste des symptômes de Rotterdam pour le suivi à long terme des personnes ayant subi une laryngectomie totale. Cette liste fournit un index de l’état physique, psychologique et du niveau d’activités des personnes malades ou ayant une incapacité. Vingt-quatre adultes (12 hommes et 12 femmes) ont agi comme participants. Les 24 locuteurs avaient principalement recours à la parole trachéo-oesophagienne comme mode de communication alaryngée. Selon les données obtenues, il existe une variation substantielle pour les femmes et les hommes ayant participé à l’étude. Bien que l’on n’ait pas relevé de défi cits considérables pour certains aspects contenus dans la liste, cet outil d’évaluation des symptômes semble être sensible à un éventail de préoccupations qui peuvent se faire sentir dans la période prolongée suivant la laryngectomie. De telles évaluations ne sont généralement pas prises en compte pour une période prolongée à la suite de la laryngectomie et une fois que le suivi médical régulier a pris fi n. Ainsi, les résultats de la présente étude montrent que l’utilisation d’un tel outil peut servir de mesure de base permanente pour les trois aspects évalués par la Liste des symptômes de Rotterdam. La valeur de ce type de mesure de base permanente dans le cadre d’un suivi à long terme effectué par des orthophonistes semble considérable pour évaluer la réadaptation et faire le suivi des résultats à court et à long termes après une laryngectomie.
ID 990
Lien http://cjslpa.ca/files/2009_CJSLPA_Vol_33/No_04_161-216/Doyle_CJSLPA_2009.pdf
 
Share |

La RCOA est une revue à accès libre, ce qui signifie que tous les articles sont accessibles sur Internet à tous les utilisateurs dès la publication. Les utilisateurs sont autorisés à lire, télécharger, copier, distribuer, imprimer, interroger ou référencer le contenu intégral des articles, ou à utiliser ce contenu à toutes autres fins licites.

La RCOA n’impose aucuns frais d’édition ou de traitement aux auteurs.

C’est l’Orthophonie et Audiologie Canada (OAC) qui détient le droit d’auteur de la Revue canadienne d’orthophonie et d’audiologie. Il faut mentionner la source (OAC, nom de la publication, titre de l’article, numéro du volume, numéro de parution et nombre de pages), mais sans laisser entendre que l’OAC vous approuve ou approuve l’utilisation que vous faites du texte. Il est interdit d’utiliser le document à des fins commerciales. Il est interdit de modifier, transformer ou développer le texte.