Revue canadienne d’orthophonie et d’audiologie

Listeners’ Social Perception of Speakers after Treatment for Laryngeal Cancer

 
Auteur(s) Aarthi Turcotte
Anroup Wilson
Jeffrey Harris
Hadi Seikaly
Jana M. Rieger
Volume 33
Nombre 1
Année 2009
Page(s) 24-33
Langue Anglais
Catégorie
Mots-clés laryngeal
cancer
radiation
therapy
total
laryngectomy
supracricoid
perception
social
attributes
Abrégé Three primary methods to treat laryngeal cancer include radiation therapy, total laryngectomy, and supracricoid laryngectomy. Perceptual assessment to determine the social impact of vocal outcomes related to each treatment was employed to understand the effect that a disordered voice may have on societal perception of patients undergoing these treatments. Forty listeners were recruited to rate the voices of four groups of speakers: individuals treated with radiation therapy; individuals treated with total laryngectomy and rehabilitated with a tracheoesophageal voice prosthesis; individuals treated with supracricoid laryngectomy; and individuals with no history of vocal disorders. The listeners rated the speakers’ voices on rating scales with eight descriptors related to the social perception of speech. The ratings were made on 7-point Likert scales. Results indicated that listeners rated the non-surgical groups more positively than the surgical groups on traits such as attractive, clever, sophisticated, and trustworthy. The surgical groups were rated more negatively than non-surgical groups on traits such as scary, annoying, and intimidating. These findings provide insight into how patients undergoing these treatments may be perceived by society. Individuals with total laryngectomies may be at a higher risk of encountering negative social stigmatization in their daily life.

Les trois principales méthodes pour traiter un cancer du larynx comprennent la radiothérapie, une laryngectomie totale et une laryngectomie supracricoïdienne. On a mené une évaluation subjective de l’incidence sociale de la voix résultant de chaque traitement afin de comprendre l’effet d’un trouble de voix sur la perception qu’a la société des patients qui subissent ces traitements. On a recruté 40 auditeurs pour évaluer la voix de quatre groupes de locuteurs : les personnes ayant subi une radiothérapie, celles ayant eu une laryngectomie totale et une réadaptation avec un implant pour la voix trachéo-œsophagienne, celles ayant subi une laryngectomie supracricoïdienne et celles n’ayant pas d’antécédents de trouble de la voix. Les auditeurs ont évalué la voix des locuteurs sur des échelles à huit descripteurs portant sur la perception sociale de la voix. Ils ont utilisé une échelle de Likert à sept niveaux. Les résultats indiquent que les auditeurs ont accordé une évaluation plus positive au groupe de locuteurs n’ayant pas subi de chirurgie qu’aux groupes ayant eu une chirurgie pour les traits de personnalité comme le caractère attrayant, l’intelligence, la subtilité et la fiabilité. Les groupes ayant subi une opération ont été jugés comme faisant plus peur, comme étant plus contrariants et comme étant plus intimidants que les autres groupes. Ces résultats donnent un aperçu de la façon dont les patients qui subissent ces traitements sont perçus par la société. Les laryngectomisés totaux risquent davantage d’être l’objet de stigmatisation dans leur quotidien.
ID 974
Lien http://cjslpa.ca/files/2009_CJSLPA_Vol_33/No_01_1-76/Turcotte_CJSLPA_2009.pdf
 
Share |

La RCOA est une revue à accès libre, ce qui signifie que tous les articles sont accessibles sur Internet à tous les utilisateurs dès la publication. Les utilisateurs sont autorisés à lire, télécharger, copier, distribuer, imprimer, interroger ou référencer le contenu intégral des articles, ou à utiliser ce contenu à toutes autres fins licites.

La RCOA n’impose aucuns frais d’édition ou de traitement aux auteurs.

C’est l’Orthophonie et Audiologie Canada (OAC) qui détient le droit d’auteur de la Revue canadienne d’orthophonie et d’audiologie. Il faut mentionner la source (OAC, nom de la publication, titre de l’article, numéro du volume, numéro de parution et nombre de pages), mais sans laisser entendre que l’OAC vous approuve ou approuve l’utilisation que vous faites du texte. Il est interdit d’utiliser le document à des fins commerciales. Il est interdit de modifier, transformer ou développer le texte.