Revue canadienne d’orthophonie et d’audiologie

Swallowing After Right Hemisphere Stroke: Oral versus Pharyngeal Deficits

 
Auteur(s) Julie Theurer
Jennifer L. Johnston
Donald H. Taves
Vladimir Hachinski
Ruth E. Martin
Volume 32
Nombre 3
Année 2008
Page(s) 114-122
Langue Anglais
Catégorie
Mots-clés deglutition
disorders
cerebrovascular
accident
fluoroscopy
Abrégé Although previous studies have attempted to identify distinct patterns of dysphagia following unilateral hemispheric stroke, the relationships between lesion sites and swallowing dysfunction remain unclear. In particular, swallowing deficits resulting from right hemisphere stroke remain poorly understood. The present study employed a case report design to examine the oral and pharyngeal phase deficits in swallowing following right hemisphere stroke. Lateral-view videofluoroscopic images were obtained from six subjects following right hemisphere stroke as they performed swallowing trials with various bolus consistencies (i.e., thin liquid, thick liquid, and paste). Each swallow was evaluated on 17 oral phase, and 17 pharyngeal phase physiologic swallowing parameters. Results indicated that, whereas all patients exhibited both oral and pharyngeal phase swallowing deficits, the majority of patients showed relatively greater oral phase than pharyngeal phase impairment. In addition, patterns of swallowing deficits were highly variable across individuals, particularly for the pharyngeal phase. These findings suggest that oral phase swallowing impairment can be a prominent feature of right hemisphere stroke. Thus, swallowing assessment in patients with right hemisphere stroke should emphasize both oral and pharyngeal phases. Instrumental techniques can provide valuable insights into swallow pathophysiology in this population.

Bien que des études aient déjà tenté d’identifier des profils particulièrs de dysphagie survenue à la suite d’un accident vasculaire cérébral (AVC) unilatéral, les liens entre l’emplacement des lésions et les troubles de déglutition restent flous. On comprend notamment encore mal les troubles de déglutition causés par un AVC à l’hémisphère droit. La présente recherche se fonde sur un devis de cas uniques et examine les déficiences orales et pharyngées de la déglutition après un AVC à l’hémisphère droit. On a obtenu des images vidéofluoroscopiques latérales de six personnes ayant subi un AVC à l’hémisphère droit. Ces images les montrent pendant qu’elles essaient d’avaler des aliments de consistance différente (p. ex. : liquide clair, liquide épais et purée). On a évalué chaque tentative de déglutition en fonction de 17 paramètres physiologiques de la phase orale et de 17 paramètres physiologies de la phase pharyngée. Les résultats indiquent que, bien que tous les patients aient montré des troubles de déglutition à la phase orale autant que pharyngée, la majorité d’entre eux avaient une déficience relativement plus prononcée dans la phase orale. De plus, les déficiences de la déglutition tendent à être très variables d’une personne à l’autre, surtout dans la phase pharyngée. Ces résultats suggèrent qu’une déficience de la phase orale de la déglutition dans la phase orale serait une caractéristique dominante d’un AVC à l’hémisphère droit. Par conséquent, l’évaluation de la déglutition chez les patients ayant subi un AVC de ce type doit mettre l’accent sur les phases orale autant que pharyngée. Les méthodes techniques peuvent fournir de l’information valable sur la pathophysiologie de la déglutition chez cette population.
ID 965
Lien http://cjslpa.ca/files/2008_CJSLPA_Vol_32/No_03_109-140/Theurer_CJSLPA_2008.pdf
 
Share |

La RCOA est une revue à accès libre, ce qui signifie que tous les articles sont accessibles sur Internet à tous les utilisateurs dès la publication. Les utilisateurs sont autorisés à lire, télécharger, copier, distribuer, imprimer, interroger ou référencer le contenu intégral des articles, ou à utiliser ce contenu à toutes autres fins licites.

La RCOA n’impose aucuns frais d’édition ou de traitement aux auteurs.

C’est l’Orthophonie et Audiologie Canada (OAC) qui détient le droit d’auteur de la Revue canadienne d’orthophonie et d’audiologie. Il faut mentionner la source (OAC, nom de la publication, titre de l’article, numéro du volume, numéro de parution et nombre de pages), mais sans laisser entendre que l’OAC vous approuve ou approuve l’utilisation que vous faites du texte. Il est interdit d’utiliser le document à des fins commerciales. Il est interdit de modifier, transformer ou développer le texte.