Revue canadienne d’orthophonie et d’audiologie

Mapping Functional Communication Measurements for Traumatic Brain Injury to the WHO-ICF

 
Auteur(s) Julie Hughes
J.B. Orange
Volume 31
Nombre 3
Année 2007
Page(s) 134-143
Langue Anglais
Catégorie
Mots-clés WHO-ICF
traumatic
brain
injury
functional
communication
adults
Abrégé Traditional impairment-based cognitive communication assessments do not adequately capture the complex functional communication problems of individuals with traumatic brain injury (TBI). There are three objectives of this paper. The first objective is to review the World Health Organization’s International Classification of Functioning and Disability’s (ICF) conceptual framework. The second objective is to describe the use of the ICF to conceptualize the functional communication abilities of individuals with TBI. The third objective is to discuss findings from a mapping analysis of three functional communication measures to the components of the ICF. The three measures include the American Speech-Language Hearing Association Functional Assessment of Communicative Skills (ASHA FACS) (Frattali, Thompson, Holland, Wohl, & Ferketic, 1995), the Communication Activities of Daily Living (CADL-2) (Holland, Frattali, & Fromm, 1999), and the Functional Assessment of Verbal Reasoning and Executive Skills (FAVRES) (MacDonald, 1998). The findings from the mapping are reported and their relevance to clinical practice is discussed. Finally, suggestions are provided regarding the use of the WHO-ICF framework by speech-language pathologists when they determine which functional communication activities are important to individuals with TBI, and which measurement tools most accurately reflect the functional communication abilities of individuals with TBI.

Les évaluations classiques de la communication basées sur les déficits, en lien avec la cognition, ne reflètent pas de manière adéquate les troubles complexes de communication fonctionnelle des personnes ayant subi un traumatisme cranio-cérébral (TCC). Le présent article vise trois objectifs. Le premier consiste à réviser la Classification internationale du fonctionnement, du handicap et de la santé (CIF) de l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Le deuxième cherche à décrire l’utilisation de la CIF pour conceptualiser les habiletés de communication fonctionnelle des personnes ayant subi un TCC. Le troisième vise à discuter des résultats d’une analyse de représentation de trois mesures de la communication fonctionnelle par rapport aux composants de la CIF. Ces trois mesures comprennent l’évaluation fonctionnelle des capacités de communication (FACS) de l’American Speech-Language Hearing Association (Frattali, Thompson, Holland, Wohl et Ferketic, 1995), les activités quotidiennes de communication (CADL-2) (Holland, Frattali, & Fromm, 1999) et l’évaluation fonctionnelle du raisonnement verbal et des fonctions exécutives (FAVRES) (MacDonald, 1998). Les résultats de la représentation y sont présentés et leur pertinence vis-à-vis de l’exercice clinique y est abordée. Enfin, l’article fournit des suggestions sur l’utilisation du modèle de la CIF de l’OMS par des orthophonistes afin de déterminer quelles activités de communication fonctionnelle sont importantes pour les personnes ayant subi un TCC et quels outils de mesure reflètent le mieux les habiletés de communication fonctionnelle de ces personnes.
ID 949
Lien http://cjslpa.ca/files/2007_CJSLPA_Vol_31/No_03_109-160/Hughes_Orange_CJSLPA_2007.pdf
 
Share |

La RCOA est une revue à accès libre, ce qui signifie que tous les articles sont accessibles sur Internet à tous les utilisateurs dès la publication. Les utilisateurs sont autorisés à lire, télécharger, copier, distribuer, imprimer, interroger ou référencer le contenu intégral des articles, ou à utiliser ce contenu à toutes autres fins licites.

La RCOA n’impose aucuns frais d’édition ou de traitement aux auteurs.

C’est l’Orthophonie et Audiologie Canada (OAC) qui détient le droit d’auteur de la Revue canadienne d’orthophonie et d’audiologie. Il faut mentionner la source (OAC, nom de la publication, titre de l’article, numéro du volume, numéro de parution et nombre de pages), mais sans laisser entendre que l’OAC vous approuve ou approuve l’utilisation que vous faites du texte. Il est interdit d’utiliser le document à des fins commerciales. Il est interdit de modifier, transformer ou développer le texte.