Revue canadienne d’orthophonie et d’audiologie

An action learning experience for speech-language pathology students: On the experience of having dysphagia for a day

 
Auteur(s) Tim Bressmann
Rosemary Martino
Elizabeth Rochon
Kim Bradley
Volume 31
Nombre 3
Année 2007
Page(s) 127-133
Langue Anglais
Catégorie
Mots-clés dysphagia
swallowing
disorders
speech-language
pathology
action
learning
experiential
Abrégé The purpose of this study was to give graduate students in speech-language pathology an opportunity to experience texture-modified foods and therapeutic swallowing strategies from the viewpoint of a patient.
Over the course of 4 years, 95 speech-language pathology students participated in a daylong learning experience. At breakfast time, the students fed each other porridge and thickened coffee. At lunchtime, the students ate a meal of pureed food and thickened liquids using the Supraglottic Swallow and the Mendelsohn Manoeuvre. Following each meal, the students gave feedback about their experiences using a self-administered survey containing both open and closed response options.
The student feedback was highly consistent across the 4 years. Students reported dislike of the modified food textures and had difficulties employing the swallowing techniques. In all 4 years, the students had feelings of discomfort and loss of control. Nevertheless, the overall assessment of the daylong experience was very positive. Students endorsed the experience and recommended that the workshop be repeated for future students. The students considered the experiential learning experience useful to supplement the academic teaching of dysphagia therapy. The students reported that the experience had meaningfully added to their learning and that it would help them become more caring and empathetic clinicians.

La présente étude visait à offrir aux étudiants en orthophonie l’occasion de vivre l’expérience d’être nourris avec des aliments à texture modifiée et à appliquer des stratégies de thérapies de déglutition selon le point de vue d’un patient.
Au cours de quatre années, 95 étudiants en orthophonie ont participé à une expérience d’une journée. Au déjeuner, ils se sont fait mutuellement manger du porridge et boire du café épaissi. Au dîner, ils ont utilisé la déglutition supraglottique et la manœuvre de Mendelsohn pour manger de la purée et des liquides épaissis. Après chaque repas, les étudiants ont donné leurs impressions en remplissant un sondage contenant des choix de réponses ouvertes et fermées.
La réaction des étudiants a été très uniforme au cours des quatre années. Ils ont signalé leur aversion pour la texture modifiée des aliments et ont rapporté avoir de la difficulté à employer les techniques de déglutition. Les étudiants ont éprouvé un sentiment d’inconfort et de perte de maîtrise. Néanmoins, ils ont dans l’ensemble évalué de manière très positive leur journée. Les étudiants ont appuyé l’expérience et ont recommandé que l’atelier soit répété pour les futurs étudiants. Les étudiants ont jugé que leur apprentissage par l’expérience était utile pour enrichir leur formation théorique sur la thérapie de la dysphagie. Les étudiants ont signalé que l’expérience avait été valable et qu’elle les aiderait à devenir des cliniciens plus compatissants et compréhensifs.
ID 948
Lien http://cjslpa.ca/files/2007_CJSLPA_Vol_31/No_03_109-160/Bressmann_Martino_CJSLPA_2007.pdf
 
Share |

La RCOA est une revue à accès libre, ce qui signifie que tous les articles sont accessibles sur Internet à tous les utilisateurs dès la publication. Les utilisateurs sont autorisés à lire, télécharger, copier, distribuer, imprimer, interroger ou référencer le contenu intégral des articles, ou à utiliser ce contenu à toutes autres fins licites.

La RCOA n’impose aucuns frais d’édition ou de traitement aux auteurs.

C’est l’Orthophonie et Audiologie Canada (OAC) qui détient le droit d’auteur de la Revue canadienne d’orthophonie et d’audiologie. Il faut mentionner la source (OAC, nom de la publication, titre de l’article, numéro du volume, numéro de parution et nombre de pages), mais sans laisser entendre que l’OAC vous approuve ou approuve l’utilisation que vous faites du texte. Il est interdit d’utiliser le document à des fins commerciales. Il est interdit de modifier, transformer ou développer le texte.