Revue canadienne d’orthophonie et d’audiologie

The 2003 survey of Canadian audiologists regarding the professional doctorate in Audiology (Au.D.): A baseline for evaluating change

 
Auteur(s) Josée Lagacé
M. Kathleen Pichora-Fuller
Volume 30
Nombre 2
Année 2006
Page(s) 110-131
Langue Anglais
Catégorie
Mots-clés Au
D
audiology
education
professional
credential
curriculum
training
Abrégé The purpose of this work is to establish a historical baseline to be used as a reference for evaluating change in the opinions of Canadian audiologists regarding training options for entry into the profession. In 2003, a landmark survey of Canadian audiologists was undertaken in order to gauge the degree of support for the professional Doctorate of Audiology (Au.D.) as the minimum credential required for entry into practice as an audiologist in Canada. Responses were received from 435 audiologists and audiology students, with the estimated response rate being about 35%. Information was gathered about the respondents, including their province, practice setting, training, years of education, age, salary, and memberships in associations. The profile of the respondents is described, followed by a report of their views on existing training options, and then by their views on options for improving the education of audiologists and on the Au.D.. The majority of respondents (about 85%) felt that the education of audiologists in Canada should be improved. However, the respondents were split as to how they thought improvements could best be achieved. Overall, about a third supported the Au.D. option and about half did not, with a fifth being undecided. There were no factors that seemed to distinguish the respondents who favoured the Au.D. option from those who did not. The question of whether or not to adopt the Au.D. is framed in the historical context of the development of the profession of audiology in Canada and related issues are explored. Finally, recommendations are made regarding the education for credentialing of Canadian audiologists in the short and long-term.



Ce travail vise à établir un point de référence qui servira à évaluer l’évolution de l’opinion des audiologistes canadiens concernant les options de formation pour pratiquer la profession. En 2003, un sondage repère mené auprès des audiologistes canadiens a été réalisé pour évaluer le degré de soutien à un doctoral professionnel en audiologie (Au.D.) comme diplôme minimal pour exercer la profession d’audiologiste au Canada. Le taux de réponse du sondage est évalué à 35 %, soit 435 audiologistes et étudiants en audiologie. Des renseignements ont été recueillis au sujet des répondants, y compris leur province, leur milieu de pratique, leur formation, leurs années de scolarité, leur âge, leur salaire et leur adhésion à des associations. Le profil des répondants y est décrit, suivi d’un rapport sur leur point de vue concernant les options de formation actuelles, les façons d’améliorer l’éducation des audiologistes et le niveau du Au.D. La majorité des répondants (environ 85 %) était d’avis qu’il faut améliorer l’éducation des audiologistes au Canada. Toutefois, les répondants étaient divisés quant à la façon d’améliorer la situation. Dans l’ensemble, le tiers appuie le niveau du Au.D. et la moitié ne l’appuie pas; le cinquième des répondants sont indécis. Aucun facteur ne semble distinguer les répondants en faveur des autres. La question de l’adoption de ce niveau de formation s’inscrit dans le contexte historique de l’évolution de la profession au Canada et des questions afférentes. Enfin, des recommandations sont formulées pour l’établissement d’un titre pour les audiologistes du Canada à court et à long terme.
ID 925
Lien http://cjslpa.ca/files/2006_JSLPA_Vol_30/No_02_81-152/Pichora-Fuller_Lagace_JSLPA_2006.pdf
 
Share |

La RCOA est une revue à accès libre, ce qui signifie que tous les articles sont accessibles sur Internet à tous les utilisateurs dès la publication. Les utilisateurs sont autorisés à lire, télécharger, copier, distribuer, imprimer, interroger ou référencer le contenu intégral des articles, ou à utiliser ce contenu à toutes autres fins licites.

La RCOA n’impose aucuns frais d’édition ou de traitement aux auteurs.

C’est l’Orthophonie et Audiologie Canada (OAC) qui détient le droit d’auteur de la Revue canadienne d’orthophonie et d’audiologie. Il faut mentionner la source (OAC, nom de la publication, titre de l’article, numéro du volume, numéro de parution et nombre de pages), mais sans laisser entendre que l’OAC vous approuve ou approuve l’utilisation que vous faites du texte. Il est interdit d’utiliser le document à des fins commerciales. Il est interdit de modifier, transformer ou développer le texte.