Revue canadienne d’orthophonie et d’audiologie

Predicting Reading Abilities from Oral Language Skills: A Critical Review of the Literature

 
Auteur(s) Elizabeth Ekins
Phyllis Schneider
Volume 30
Nombre 1
Année 2006
Page(s) 26-45
Langue Anglais
Catégorie
Mots-clés reading
oral
language
receptive
expressive
phonological
awareness
Abrégé The early identification of children who may be at risk for reading difficulty is important so that intervention can be provided early and subsequent reading problems can be avoided. Traditionally, children with reading problems are identified after reading instruction has begun. However, knowledge of oral language skills that predict reading abilities is necessary to identify children who may be at risk for later reading problems.
This document discusses research literature documenting oral language measures that may predict lower level (decoding) and higher level (comprehension) reading abilities as well as reader-group membership. The predictive ability of expressive language, receptive language, Rapid Automatized Naming (RAN), and phonological awareness are discussed.
The research results indicate that some oral language measures predict reading achievement. Although standardized measures of expressive language account for some variance in lower level reading, phonological awareness and RAN account for more. Standardized measures of expressive and receptive language predict reading comprehension in Grade 2. RAN tasks predict lower level reading and reader-group membership. Various combinations of syllable and phoneme deletion, syllable and phoneme blending, and rhyme detection predict lower level reading achievement, reading comprehension, or reader-group membership. The research information reviewed here can help guide future investigations in the area of predicting reading abilities.


Il est important de repérer très tôt les enfants qui risquent d’avoir de la difficulté à lire, afin de pouvoir intervenir rapidement et prévenir l’apparition de troubles ultérieurs. Habituellement, nous arrivons à identifier les enfants éprouvant de la difficulté à lire après le début de l’enseignement de la lecture. Toutefois, il est nécessaire de connaître au préalable les capacités langagières qui permettent de prédire les aptitudes à la lecture.
Le présent article traite des recherches sur les mesures de la capacité langagière qui peuvent prédire les aptitudes à la lecture de niveau inférieur (décodage) et de niveau supérieur (compréhension) de même que l’adhésion à un groupe de lecture. Il examine la valeur prédictive de l’expression orale du langage, du langage dans son versant réceptif, de la dénomination rapide automatisée (DRA) et de la reconnaissance des sons.
Les résultats de la recherche indiquent que certaines mesures du langage verbal permettent de prédire le niveau de lecture. Bien que les mesures normalisées de l’expression orale du langage expliquent certaines variations des capacités de lecture au niveau inférieur, la reconnaissance des sons et la DRA en expliquent davantage. Les mesures normalisées de l’expression orale du langage et du langage dans son versant réceptif permettent de prédire la compréhension en deuxième année. Les exercices de la DRA permettent de prédire les capacités de lecture au niveau inférieur et l’adhésion éventuelle à un groupe de lecture. Il est possible de prédire la capacité de lecture au niveau inférieur, la compréhension de ce que l’enfant lira ou l’adhésion éventuelle à un groupe de lecture selon que l’enfant combine la suppression de syllabes et de phonèmes, la confusion de syllabes et de phonèmes et la détection des rimes. Les résultats de la recherche dont on donne ici le compte rendu peuvent aider à orienter des études futures dans le domaine de la prédiction des aptitudes à la lecture.
ID 915
Lien http://cjslpa.ca/files/2006_JSLPA_Vol_30/No_01_1-80/Ekins_Schneider_JSLPA_2006.pdf
 
Share |

La RCOA est une revue à accès libre, ce qui signifie que tous les articles sont accessibles sur Internet à tous les utilisateurs dès la publication. Les utilisateurs sont autorisés à lire, télécharger, copier, distribuer, imprimer, interroger ou référencer le contenu intégral des articles, ou à utiliser ce contenu à toutes autres fins licites.

La RCOA n’impose aucuns frais d’édition ou de traitement aux auteurs.

C’est l’Orthophonie et Audiologie Canada (OAC) qui détient le droit d’auteur de la Revue canadienne d’orthophonie et d’audiologie. Il faut mentionner la source (OAC, nom de la publication, titre de l’article, numéro du volume, numéro de parution et nombre de pages), mais sans laisser entendre que l’OAC vous approuve ou approuve l’utilisation que vous faites du texte. Il est interdit d’utiliser le document à des fins commerciales. Il est interdit de modifier, transformer ou développer le texte.