Revue canadienne d’orthophonie et d’audiologie

Audiologic Rehabilitation Needs of Older Adults with Hearing Loss: Views on Assistive Technology Uptake and Appropriate Support Services

 
Auteur(s) Mary Beth Jennings
Volume 29
Nombre 3
Année 2005
Page(s) 112-124
Langue Anglais
Catégorie
Mots-clés audiologic
rehabilitation
older
adults
assistive
technology
stigma
Abrégé This article explores how ageism, stigma, and normalization of hearing loss impact on identification and acknowledgement of hearing loss and the uptake of assistive technology by older adults.
Identification and acknowledgement of hearing loss can be delayed because the gradual nature may create a lack of awareness of the presence of hearing loss. The impact of hearing loss will be minimized if communication needs are decreased, or when other physical changes are considered to be more serious. Elders, healthcare providers, physicians, government ministries and third-party insurance providers are typically unaware of or minimize the seriousness of hearing loss. There is also a lack of awareness of available services and support groups. The result is the creation of barriers to accessing services.
The numbers of elders who are using assistive technologies is low compared to the number who could benefit from them. Stigma related to hearing aids may no longer be a primary reason for non-use. Barriers to use include lack of referral, physical changes that make handling devices more difficult, and costs versus benefits of use. Elders require information prior to entering into rehabilitation, selection of technology for ease of use, and comprehensive follow-up geared to their specific needs. Participation in rehabilitation programs and support groups can facilitate the successful management of communication and identity and assist in the de-stigmatization of elder hearing loss.



Le présent article se penche sur l’incidence de la discrimination fondée sur l’âge, des préjugés et de la normalisation de la surdité sur l’identification et la reconnaissance d’une perte de l’ouïe ainsi que sur l’acceptation des technologies d’aide par les personnes âgées.
Il est possible qu’un retard’identification et de reconnaissance d’une perte d’audition soit attribuable à la nature graduelle d’un tel trouble, qui ne se fait pas remarquer d’emblée. L’incidence d’un tel trouble peut être négligé si les besoins en matière de communication sont moindres ou si d’autres problèmes d’ordre physique sont jugés plus graves. Les aînés, les intervenants du domaine de la santé, les ministères et les compagnies d’assurance ne sont généralement pas informés de la gravité de la perte auditive ou en minimisent l’importance. Ils pourraient aussi ne pas connaître les services et les groupes de soutien offerts. En conséquence, la personne atteinte d’un trouble d’audition a de la difficulté à accéder à ces services.
Le nombre d’aînés qui utilisent les technologies d’aide est faible comparativement au nombre d’aînés qui pourraient en bénéficier. Il se peut que les préjugés liés aux appareils auditifs ne soient plus la première cause de leur non-utilisation. Parmi les obstacles à leur utilisation, on retrouve le manque de référence vers les services appropriés, les changements physiques qui rendent la manipulation des appareils plus difficile et les coûts par rapport aux avantages perçus.
Les aînés ont besoin de renseignements avant d’entreprendre un suivi en réadaptation et de choisir une technologie facile à utiliser. Ils doivent aussi bénéficier d’une analyse exhaustive afin de déterminer leurs besoins particuliers. La participation à des programmes de réadaptation et à des groupes de soutien peut faciliter la gestion efficace de la communication et l’affirmation de l’identité en plus d’aider à anéantir les préjugés liés à la perte auditive chez les aînés.
ID 907
Lien http://cjslpa.ca/files/2005_JSLPA_Vol_29/No_03_101-140/Jennings_JSLPA_2005.pdf
 
Share |

La RCOA est une revue à accès libre, ce qui signifie que tous les articles sont accessibles sur Internet à tous les utilisateurs dès la publication. Les utilisateurs sont autorisés à lire, télécharger, copier, distribuer, imprimer, interroger ou référencer le contenu intégral des articles, ou à utiliser ce contenu à toutes autres fins licites.

La RCOA n’impose aucuns frais d’édition ou de traitement aux auteurs.

C’est l’Orthophonie et Audiologie Canada (OAC) qui détient le droit d’auteur de la Revue canadienne d’orthophonie et d’audiologie. Il faut mentionner la source (OAC, nom de la publication, titre de l’article, numéro du volume, numéro de parution et nombre de pages), mais sans laisser entendre que l’OAC vous approuve ou approuve l’utilisation que vous faites du texte. Il est interdit d’utiliser le document à des fins commerciales. Il est interdit de modifier, transformer ou développer le texte.