Revue canadienne d’orthophonie et d’audiologie

Supporting Peer Interactions of Children with Low Social Communication Skills / Soutenir les interactions entre les enfants ayant de faibles aptitudes à la communication sociale

 
Auteur(s) Luigi Girolametto, PhD
Elaine Weitzman, Med
Janice Greenberg, DSP
Volume 29
Nombre 1
Année 2005
Page(s) 27-36
Langue Anglais
Catégorie
Mots-clés day
care
peer
interaction
children
inservice
education
adult-child
Abrégé This exploratory study investigated the frequency and type of verbal supports used by early childhood educators to facilitate the peer interactions of children who are reluctant to participate in peer interactions. Twelve early childhood educators identified children who were reluctant to engage in peer interaction (without concurrent disabilities) using a rating scale of communication behaviour. All 12 children were learning English as their second language (ESL) and differed from the children in the comparison group in terms of exposure to their native language and length of time in day care. Videotapes of dramatic play and block/construction play were coded for the educators’ indirect verbal support strategies (e.g., mentioning a child’s name, interpreting a child’s words, offering praise for peer interaction) and direct verbal support strategies (e.g., telling a child what to say to a peer, inviting children to play together). The early childhood educators did not differentiate between the target and comparison children in terms of structural features of their input (MLU, frequency of utterances) or the number of verbal supports they used to facilitate interaction. Examination of the children’s responses to the educators’ supports did not reveal any significant differences. Although there were strong associations between the comparison children’s interaction skills and educators’ peer supports, there were no significant associations for the target children. The results support the importance of training early childhood educators to facilitate peer interactions and suggest that future research examining the effects of inservice education with children who have confirmed disabilities is warranted.

Cette étude préliminaire s’est penchée sur la fréquence et le type d’aide verbale utilisée par les éducatrices de la petite enfance pour faciliter l’interaction entre les pairs chez les enfants qui hésitent à échanger avec les autres. Douze éducatrices ont identifié des enfants ayant des réticences à interagir avec leurs pairs (sans qu’ils aient une autre incapacité). Elles ont utilisé une échelle d’évaluation de la communication. Les 12 enfants choisis apprenaient l’anglais comme langue seconde et différaient des enfants dans le groupe de comparaison au niveau de l’exposition à leur langue maternelle et à la durée de leur séjour en garderie. Des enregistrements vidéo de jeu théâtral et de jeu de construction ont permis de coder les stratégies de soutien verbal indirect des éducatrices (p. ex. : dire le nom de l’enfant, interpréter les mots de l’enfant, offrir des félicitations à un enfant pour son interaction avec des pairs) ainsi que les stratégies de soutien verbal direct (p. ex. : dire à un enfant quoi dire à un pair, inviter les enfants à jouer entre eux). Le comportement des éducatrices de la petite enfance n’a pas différé entre le groupe cible et le groupe de comparaison pour ce qui est des caractéristiques structurales de leurs interventions (longueur moyenne des productions verbales, fréquence des énoncés) ni du nombre de leur soutien verbal pour faciliter l’interaction. Un examen des réactions des enfants vis-à-vis du soutien des éducatrices n’a fait ressortir aucune différence significative. Bien qu’il y ait eu de fortes associations entre les aptitudes d’interaction des enfants du groupe de comparaison et le soutien des éducatrices, aucune association de la sorte n’est ressortie de manière marquée pour les enfants du groupe cible. Les résultats corroborent l’importance de former les éducatrices de la petite enfance pour qu’elles facilitent l’interaction entre pairs. Ils font aussi ressortir la nécessité d’approfondir la recherche sur les effets du perfectionnement pour les éducatrices qui travaillent avec des enfants atteints d’une incapacité.
ID 898
Lien http://cjslpa.ca/files/2005_JSLPA_Vol_29/No_01_1-64/Girolametto_Weitzman_Greenberg_JSLPA_2005.pdf
 
Share |

La RCOA est une revue à accès libre, ce qui signifie que tous les articles sont accessibles sur Internet à tous les utilisateurs dès la publication. Les utilisateurs sont autorisés à lire, télécharger, copier, distribuer, imprimer, interroger ou référencer le contenu intégral des articles, ou à utiliser ce contenu à toutes autres fins licites.

La RCOA n’impose aucuns frais d’édition ou de traitement aux auteurs.

C’est l’Orthophonie et Audiologie Canada (OAC) qui détient le droit d’auteur de la Revue canadienne d’orthophonie et d’audiologie. Il faut mentionner la source (OAC, nom de la publication, titre de l’article, numéro du volume, numéro de parution et nombre de pages), mais sans laisser entendre que l’OAC vous approuve ou approuve l’utilisation que vous faites du texte. Il est interdit d’utiliser le document à des fins commerciales. Il est interdit de modifier, transformer ou développer le texte.