Revue canadienne d’orthophonie et d’audiologie

Comparison du Test franco-québécois de dépistage des habiletés en lecture labiale aux épreuves d'évaluation des habiletés en lecture labiale utilisées en clinique au Quebec

 
Auteur(s) Pauline Bélanger
François Bergeron
Guylaine Martineau
Volume 26
Nombre 3
Année 2002
Page(s) 147-155
Langue Français
Catégorie
Mots-clés validation
test
évaluation
lecture
labiale
Abrégé Quelques épreuves ont été développées au Québec dans les milieux cliniques pour évaluer les capacités en lecture labiale. Peu de ces outils ont fait l’objet de travaux de validation. En 1989, Lalande, Lafleur et Lacouture ont conçu le Test franco-québécois de dépistage des habiletés en lecture labiale. Leurs travaux auprès d’une trentaine de participants ont permis de confirmer l’homogénéité de chaque liste du test et leur équivalence. En complément à ces travaux, ce projet vise à poursuivre le processus de validation de ce test, en particulier au regard de sa validité convergente, en le comparant aux deux batteries de tests les plus fréquemment utilisées dans les milieux cliniques de réadaptation du Québec.
Trente participants présentant une vision et une audition normales ont été soumis aux deux protocoles cliniques de même qu’à chacune des listes de phrases du Test franco-québécois de dépistage des habiletés en lecture labiale. Les résultats obtenus confirment qu’indépendamment de la différence dans les scores, le classement des individus au regard de leur capacité de lire sur les lèvres est le même avec le Test franco-québécois qu’avec les autres tests. Appuyées par une analyse de fiabilité, ces données démontrent la validité convergente du Test franco-québécois. L’analyse par composants principaux souligne par ailleurs que le Test franco-québécois mesure plus spécifiquement les capacités globales de lecture labiale. En somme, le Test franco-québécois de dépistage des habiletés en lecture labiale peut constituer l’unique test d’évaluation des capacités globales de lecture labiale de participants adultes, le classement en résultant étant similaire à celui obtenu de protocoles plus exhaustifs.




A few tests have been developed in Quebec clinics to assess lip-reading abilities. Few of these tools have been subjected to validation. In 1989, Lalande, Lafleur, and Lacouture developed the Test franco-québécois de dépistage des habiletés en lecture labiale. Their work with some thirty participants confirmed the homogeneity of each test list and their equivalence. To expand on their work, this project aims to pursue the validation process for this test, particularly regarding its concurrent validity, by comparing it to the two most frequently used tests in Québec rehabilitation clinics.
Thirty participants with normal sight and hearing were tested using two clinical protocols and the sentence lists of the Test franco-québécois de dépistage des habiletés en lecture labiale. The results confirm that, notwithstanding differences in results, the classification of individuals’ lip-reading abilities is the same with the Test franco-québécois as with the other tests. Supported by a reliability analysis, these data demonstrate a concurrent validity for the Test franco-québécois. The main component analysis also shows that the Test franco-québécois more specifically measures overall lip-reading ability. In conclusion, the Test franco-québécois de dépistage des habiletés en lecture labiale can be used as the only assessment test regarding the overall lip-reading ability of adults, since the resulting classification is similar to that obtained through more comprehensive protocols.
ID 801
Lien http://cjslpa.ca/files/2002_JSLPA_Vol_26/No_03_121-164/Belanger_Bergeron_Martineau_JSLPA_2002.pdf
 
Share |

La RCOA est une revue à accès libre, ce qui signifie que tous les articles sont accessibles sur Internet à tous les utilisateurs dès la publication. Les utilisateurs sont autorisés à lire, télécharger, copier, distribuer, imprimer, interroger ou référencer le contenu intégral des articles, ou à utiliser ce contenu à toutes autres fins licites.

La RCOA n’impose aucuns frais d’édition ou de traitement aux auteurs.

C’est l’Orthophonie et Audiologie Canada (OAC) qui détient le droit d’auteur de la Revue canadienne d’orthophonie et d’audiologie. Il faut mentionner la source (OAC, nom de la publication, titre de l’article, numéro du volume, numéro de parution et nombre de pages), mais sans laisser entendre que l’OAC vous approuve ou approuve l’utilisation que vous faites du texte. Il est interdit d’utiliser le document à des fins commerciales. Il est interdit de modifier, transformer ou développer le texte.