Revue canadienne d’orthophonie et d’audiologie

Design and Evaluation Issues in Universal Newborn Hearing Screening Programs

 
Auteur(s) Martyn L. Hyde
Krista Riko
Volume 24
Nombre 3
Année 2000
Page(s) 102-118
Langue Anglais
Catégorie
Mots-clés universal
newborn
hearing
screening
early
Abrégé In this paper, a perspective is offered on the purpose, design, operation, and evaluation of universal newborn hearing screening (UNHS) programs. The goals are to inform and to stimulate discussion. The endorsement of UNHS is broad but by no means universal. It is suggested that while the direct evidence base for UNHS effectiveness is at best modest, the case for screening be strengthened by a shift of emphasis from speech and language development to the infant's ability to hear. A programmatic view of early hearing detection and intervention programs is offered that emphasizes integration of screening, audiologic assessment, diagnosis, intervention and referral. A strong consensus on goals, clearly defined objectives, a powerful information system, a family-centered style of care and strong, ongoing program evaluation are appropriate in a high-quality program. Also important are attention to the definition and prevalence of the target disorder, population coverage and operating characteristics of specific screening test strategies. Audiologic assessment is based mainly on the auditory brainstem response to tonepip stimuli, but an approach that integrates all audiometric information is necessary. Early hearing detection and intervention initiatives present remarkable challenges and opportunities for professionals to improve knowledge and skills, revise and rationalize practices, and develop interdisciplinary cooperation.



Dans cet article sont mis en perspective le but, la conception, l'exécution et l'évaluation des programmes de dépistage universel de la surdité chez les nouveau-nés (DUSN). Il s'agit d'informer et de stimuler la discussion. Bien que l'adhésion au DUSN soit importante, elle n'est en aucun cas universelle. Certains suggèrent que s'il n'existe pas de preuve directe suffisante pout établir, dans le meilleur des cas, une efficacité moyenne du DUSN, on peut sans doute renforcer les arguments en faveur d'un tel dépistage en se penchant davantage sur la capacité auditive d'un enfant plutôt que sur l'acquisition du langage et le développement de la parole. L'article présente la manière dont les programmes de dépistage de la surdité et d'intervention précoces sont exécutés et préconise l'intégration des activitiés liées au dépistage, à l'évaluation audiologique, au diagnostic, ainsi qu'à l'intervention et aux services de spécialistes consultés. Un large consensus concernant les buts visés, des objectifs clairement définis, un système d'information solide, des soins axès sur la famille et une évaluation rigoureuse et régulière du programme sont tous des éléments qui contribuent à instaurer un programme de qualité. Sont également importants la définition donnée au trouble à l'étude ainsi que sa fréquence, la proportion de la population desservie et les caractéristiques opérationnelles des stratégies spécifiques liées aux tests de dépistage. L'evaluation audiologique repose principalement sur une approche qui évalue les potentiels évoqués auditifs avec stimulus tonal, mais une approche englobant toutes les informations audiométriques est nécessaire. Les initiatives de dépistage auditif et d'intervention précoces présentent des défis considérables pour les professionnels et sont l'occasion idéale pour eux d'améliorer leurs connaissances et leurs compétences, de réviser et de rationaliser leurs façons de faire et d'engager une collaboration interdisciplinaire.
ID 47
Lien http://cjslpa.ca/files/2000_JSLPA_Vol_24/No_03_93-144/Hyde_Riko_JSLPA_2000.pdf
 
Share |

La RCOA est une revue à accès libre, ce qui signifie que tous les articles sont accessibles sur Internet à tous les utilisateurs dès la publication. Les utilisateurs sont autorisés à lire, télécharger, copier, distribuer, imprimer, interroger ou référencer le contenu intégral des articles, ou à utiliser ce contenu à toutes autres fins licites.

La RCOA n’impose aucuns frais d’édition ou de traitement aux auteurs.

C’est l’Orthophonie et Audiologie Canada (OAC) qui détient le droit d’auteur de la Revue canadienne d’orthophonie et d’audiologie. Il faut mentionner la source (OAC, nom de la publication, titre de l’article, numéro du volume, numéro de parution et nombre de pages), mais sans laisser entendre que l’OAC vous approuve ou approuve l’utilisation que vous faites du texte. Il est interdit d’utiliser le document à des fins commerciales. Il est interdit de modifier, transformer ou développer le texte.