Revue canadienne d’orthophonie et d’audiologie

Assessing the Physiological and Behavioural Evidence for the Role of Kinesthesia in Speech Production

 
Auteur(s) Torrey M. J. Loucks
Luc F. De Nil
Volume 25
Nombre 3
Année 2001
Page(s) 152-169
Langue Anglais
Catégorie
Mots-clés kinesthesia
speech
production
disorder
Abrégé The current view in sensorimotor control is that “One can only control what one senses” (McCloskey & Prochazka, 1994, p. 69). This statement summarizes extensive research in limb motor control, which indicates sensorimotor integration underlies the coordination of goal-related movements. In this paper, evidence for the specific role of kinesthesia in speech production is assessed by reviewing results of physiological and behavioural studies. This evidence indicates that speech movements are encoded by oral kinesthetic receptors and this kinesthetic information appears to be transmitted to cortical sensorimotor regions. Further, behavioural studies suggest that oral kinesthesia contributes to adaptations observed in perturbation studies and also that jaw kinesthesia may have an active role in jaw opening gestures. It is suggested that for highly skilled movements such as speech production, kinesthetic information is necessary for predictive control and facilitation of automaticity, rather than continuous error feedback. Finally, evidence suggesting an association between speech disorders and oral kinesthetic deficits is presented. It is suggested that kinesthesia has a fundamental role in speech motor control and that clinical management of speech disorders may be enhanced by consideration of kinesthesia.



L’avis courant au sujet du contrôle sensorimoteur est que « l’on ne peut contrôler que ce que l’on peut sentir » (McCloskey et Prochazka, 1994, p. 69). Cet énoncé résume toute la recherche effectuée dans le domaine du mouvement des membres et du contrôle moteur, qui indique que l’intégration sensorimotrice gouverne la coordination des mouvements ayant un objectif précis. La présente étude évalue les preuves liées au rôle spécifique de la kinesthésie dans la production de la parole en examinant les résultats d’études sur la physiologie et le comportement. Ces preuves révèlent que les mouvements pour produire la parole sont codés par des récepteurs kinesthésiques et que cette information kinesthésique semble être transmise aux régions sensorimotrices du cortex. Par ailleurs, les études sur le comportement laissent entendre non seulement que la kinesthésie orale contribue à certaines adaptations observées dans les études de perturbation, mais aussi que la kinesthésie de la mâchoire peut avoir un rôle actif à jouer dans les gestes d’ouverture de la mâchoire. Dans le cas des mouvements hautement spécialisés, comme la production de la parole, il est suggéré que l’information kinesthésique est nécessaire pour le contrôle prévisionnel et la facilitation de l’automatisation, plutôt que la rétroaction continue des erreurs. Enfin, on présente ici des observations qui supposent une association entre les troubles de la parole et les déficits kinesthésiques oraux. Il est suggéré que la kinesthésie joue un rôle fondamental dans le contrôle moteur de la parole et que le traitement clinique des troubles de la parole peut être amélioré grâce à la kinesthésie.
ID 31
Lien http://cjslpa.ca/files/2001_JSLPA_Vol_25/No_03_125-172/Loucks_De_Nil_JSLPA_2001.pdf
 
Share |

La RCOA est une revue à accès libre, ce qui signifie que tous les articles sont accessibles sur Internet à tous les utilisateurs dès la publication. Les utilisateurs sont autorisés à lire, télécharger, copier, distribuer, imprimer, interroger ou référencer le contenu intégral des articles, ou à utiliser ce contenu à toutes autres fins licites.

La RCOA n’impose aucuns frais d’édition ou de traitement aux auteurs.

C’est l’Orthophonie et Audiologie Canada (OAC) qui détient le droit d’auteur de la Revue canadienne d’orthophonie et d’audiologie. Il faut mentionner la source (OAC, nom de la publication, titre de l’article, numéro du volume, numéro de parution et nombre de pages), mais sans laisser entendre que l’OAC vous approuve ou approuve l’utilisation que vous faites du texte. Il est interdit d’utiliser le document à des fins commerciales. Il est interdit de modifier, transformer ou développer le texte.