Revue canadienne d’orthophonie et d’audiologie

Standardized Language Test Use: A Canadian Survey

 
Auteur(s) M. Alanna Kerr
Sabina Guildford
Elizabeth Kay-Raining Bird
Volume 27
Nombre 1
Année 2003
Page(s) 10-28
Langue Anglais
Catégorie
Mots-clés assessment
language
child
standardized
tests
psychometrics
measurement
practices
norm-referenced
Abrégé Members of the Canadian Association of Speech-Language Pathologists and Audiologists (CASLPA) with interests in child language were surveyed to examine their current use of norm-referenced tests, current measurement practices, and psychometric knowledge. Primary focus of the study centred on the frequency with which practices characterized as 'misuse’ by McCauley and Swisher (1984b) occur. Specifically, these include the use of individual subtest items to establish treatment goals, use of profiles to characterize patterns of deficits, use of repeated standardized test administration to measure treatment progress, and use of age-equivalent scores to summarize test results. Results indicate that clinician awareness of these 'misuses’ is variable. Clinicians are aware of the problems associated with the use of individual subtest items to establish treatment goals and with the use of age-equivalent scores, yet continue to engage in these practices nonetheless. A large proportion of clinicians find profiles useful, but few are aware of the cautions which should accompany their use. Most speech-language pathologists use a combination of criterion-referenced procedures and standardized tests to measure treatment progress. As such, the use of the less sensitive standardized tests may be interfering with accurate measurement of the effectiveness of the intervention provided. Consistent with the foregoing results, the survey revealed that few clinicians are fully confident with their psychometric knowledge.



On a sondé des membres de l’Association canadienne des orthophonistes et audiologistes (ACOA) s’intéressant au développement langagier chez l’enfant afin de connaître leur usage actuel de tests normatifs, leurs pratiques de mesure actuelles et leur connaissance en psychométrie. L’étude s’est concentrée principalement sur la fréquence des occurrences de pratiques caractérisées de « mésusages » par McCauley et Swisher (1984b). Plus précisément, ceux-ci comprennent l’utilisation d’éléments individuels de subtests afin de fixer des objectifs de traitement, l’utilisation de profils pour caractériser des modèles de déficiences, l’utilisation d’une administration répétée de tests normalisés pour mesurer le progrès du traitement, et l’utilisation de scores d’équivalence d’âge pour résumer les résultats des tests. Les résultats montrent que la reconnaissance par les cliniciens de ces « mésusages » est variable. Les cliniciens sont conscients des problèmes liés à l’utilisation d’éléments individuels de subtests afin de fixer des objectifs de traitement et à l’utilisation de scores d’équivalence d’âge, mais continuent tout de même d’employer ces pratiques. Une grande proportion de cliniciens considèrent que les profils sont utiles, mais peu sont conscients des précautions qui doivent les accompagner. La plupart des orthophonistes utilisent une combinaison de procédures critérielles et de tests normalisés pour mesurer le progrès du traitement. À ce titre, l’utilisation de tests normalisés moins sensibles peut nuire à l’exactitude de la mesure de l’efficacité de l’intervention. En cohérence avec les résultats susmentionnés, le sondage a révélé que peu de cliniciens ont pleine confiance en leur connaissance psychométrique.
ID 22
Lien http://cjslpa.ca/files/2003_JSLPA_Vol_27/No_01_1-92/Kerr_Guildford_Kay-Raining_Bird_JSLPA_2003.pdf
 
Share |

La RCOA est une revue à accès libre, ce qui signifie que tous les articles sont accessibles sur Internet à tous les utilisateurs dès la publication. Les utilisateurs sont autorisés à lire, télécharger, copier, distribuer, imprimer, interroger ou référencer le contenu intégral des articles, ou à utiliser ce contenu à toutes autres fins licites.

La RCOA n’impose aucuns frais d’édition ou de traitement aux auteurs.

C’est l’Orthophonie et Audiologie Canada (OAC) qui détient le droit d’auteur de la Revue canadienne d’orthophonie et d’audiologie. Il faut mentionner la source (OAC, nom de la publication, titre de l’article, numéro du volume, numéro de parution et nombre de pages), mais sans laisser entendre que l’OAC vous approuve ou approuve l’utilisation que vous faites du texte. Il est interdit d’utiliser le document à des fins commerciales. Il est interdit de modifier, transformer ou développer le texte.