Revue canadienne d’orthophonie et d’audiologie

Augmentative and Alternative Communication Mediator Training in Ontario

 
Auteur(s) Elizabeth MacKinnon, MCISc
Lily Wong, MSc
Gillian King, PhD
Volume 19
Nombre 4
Année 1995
Page(s) 250-256
Langue Anglais
Catégorie
Mots-clés mediator
training
augmentative
alternative
communication
AAC
Abrégé The training of communication mediators (i.e., individuals who communicate with non-speaking persons within their community
environments) is a complex process that is affected by many factors. The original intention of this study was to develop a mediator training program. However, it became apparent that information about the need and possible use of such a program had to be examined first. A survey of clinicians who specialized in the area of augmentative communication within the province of Ontario was conducted to determine current practices, difficulties with mediator training, and levels of satisfaction. Fifty-one surveys from clinicians working within designated provincial augmentative communication clinics were received. Respondents indicated that they used both "formal" and "informal" training procedures. The most frequently identified issues associated with mediator training included: mediators with differing perspectives on the functional/ potential skills of augmentative communication users, mediator turnover, differing levels of understanding of AAC, lack of opportunities or time for trainers to do follow-up, and lack of mediator initiative to contact trainers when problems arise.


La formation des intermédiaires de la communication (c.-à-d. des personnes qui communiquent avec des sujets non-oraux dans leur environnement communautaire) est un processus complexe sur lequel influent de nombreux facteurs. À l'origine, cette étude visait à élaborer un programme de formation des intermédiaires. Il est toutefois devenu évident qu'on devait d'abord examiner l'information sur la nécessité et sur l'utilisation possible d'un programme de ce genre. En Ontario, on a mené un sondage auprès de cliniciens spécialisés dans le domaine de la communication suppléante, afin de déterminer les pratiques actuelles, les difficultés posées par la formation d'intermédiaires et leur degré de satisfaction. Cinquante-et-un questionnaires ont été renvoyés par des cliniciens qui oeuvrent dans des cliniques utilisant la communication suppléante désignées par la province. Les répondants ont révélé qu'ils utilisent à la fois des méthodes «officielles» et des méthodes «officieuses». Voici certaines des questions le plus fréquemment décrites en ce qui concerne la formation des intermédiaires : intermédiaires qui ont des opinions divergentes sur les compétences fonctionnelles/potentielles des utilisateurs de la communication suppléante, roulement des intermédiaires, divers degrés de compréhension de la CS, manque d'occasions ou de temps pour le suivi par les formateurs et manque d'initiative de la part des intermédiaires lorsqu’il s'agit de communiquer avec les formateurs advenant un problème.
ID 203
Lien http://cjslpa.ca/files/1995_JSLPA_Vol_19/No_04_213-288/MacKinnon_Wong_King_JSLPA_1995.pdf
 
Share |

La RCOA est une revue à accès libre, ce qui signifie que tous les articles sont accessibles sur Internet à tous les utilisateurs dès la publication. Les utilisateurs sont autorisés à lire, télécharger, copier, distribuer, imprimer, interroger ou référencer le contenu intégral des articles, ou à utiliser ce contenu à toutes autres fins licites.

La RCOA n’impose aucuns frais d’édition ou de traitement aux auteurs.

C’est l’Orthophonie et Audiologie Canada (OAC) qui détient le droit d’auteur de la Revue canadienne d’orthophonie et d’audiologie. Il faut mentionner la source (OAC, nom de la publication, titre de l’article, numéro du volume, numéro de parution et nombre de pages), mais sans laisser entendre que l’OAC vous approuve ou approuve l’utilisation que vous faites du texte. Il est interdit d’utiliser le document à des fins commerciales. Il est interdit de modifier, transformer ou développer le texte.