Revue canadienne d’orthophonie et d’audiologie

Effect of a Videotape Documentary on High School Students' Perceptions of a High School Male Who Stutters

 
Auteur(s) Leanne McGee
Joseph Kalinowski
Andrew Stuart
Volume 20
Nombre 4
Année 1996
Page(s) 240-246
Langue Anglais
Catégorie
Mots-clés stuttering
stereotype
modification
stutter
Abrégé The effect of viewing a documentary videotape (Voices to Remember, Bondarenko, 1992() on high school students' perceptions of a high school male who stutters was examined. Thirty-six participants, who attended high school completed a 25-item semantic differential scale (Woods & Williams, 1976) evaluating a hypothetical high school male who stutters, prior to and following viewing the videotape. Participants held a strong negative stereotype before viewing the videotape. The hypothetical high school male who stutters was perceived significantly (p <.002) more negatively on ll of 25 scale items (e.g., more guarded, nervous, shy, tense, and avoiding) than the normal high school male. Following viewing the videotape, the participants' negative stereotype persisted. In addition to the 11 scale items, participants rated the high school male who stutters as more self-derogatory, fearful, and inflexible (p <.002). Further analysis revealed participants perceived the high school male who stutters as being more withdrawn, reticent and fearful following the videotape presentation (p <.002). No significant differences were found among the 25 scale items for pre- and postviewing ratings of the hypothetical normal high school male (p <.002). These findings suggest the videotape Voices to Remember, by itself, may not be an effective means to sensitise high school students toward individuals who stutter.


L'effet du visionnement d'un documentaire sur bande vidéo («Voices to Remember», Bondarenko, 1992) sur les perceptions d'élèves du secondaire à l'égard d'un élève bègue a fait l'objet d'un examen. Trente-six participants, inscrits au secondaire, ont rempli une échelle sémantique différentielle comportant 25 items (Woods & Williams, 1976) afin d'évaluer un élève hypothétique normal et un élève hypothétique bègue du secondaire, avant et après le visionnement de la bande vidéo. Un stéréotype très négatif était répandu chez les participants avant le visionnement de la bande vidéo. L'élève bègue hypothétique était perçu beaucoup plus négativement (p< 0,002) que l'élève normal dans 11 des 25 items de l'échelle (p. ex. Plus réservé, nerveux, timide, tendu et évasif). Après le visionnement de la bande vidéo, le stéréotype négatif a persisté chez les participants. En plus des 11 items de l'échelle, les participants ont jugé que l'élève bègue de secondaire était plus autocritique, craintif et inflexible (p< 0, 002). Une analyse plus poussée a révélé que les participants percevaient l'élève bègue comme plus renfermé, réticent et craintif après la présentation de la bande vidéo (p< 0, 002). Aucune différence significative n'a été constatée entre les 25 items de l'échelle quant aux évaluations de l'élève hypothétique normal avant et après le visionnement (p< 0, 002). D'après ces constatations, la bande vidéo «Voices to Remember » n'est peut-être pas, à elle seule, un moyen efficace de sensibiliser les élèves du secondaire à l'égard des personnes bègues.
ID 163
Lien http://cjslpa.ca/files/1996_JSLPA_Vol_20/No_04_218-282/McGee_Kalinowski_Stuart_JSLPA_1996.pdf
 
Share |

La RCOA est une revue à accès libre, ce qui signifie que tous les articles sont accessibles sur Internet à tous les utilisateurs dès la publication. Les utilisateurs sont autorisés à lire, télécharger, copier, distribuer, imprimer, interroger ou référencer le contenu intégral des articles, ou à utiliser ce contenu à toutes autres fins licites.

La RCOA n’impose aucuns frais d’édition ou de traitement aux auteurs.

C’est l’Orthophonie et Audiologie Canada (OAC) qui détient le droit d’auteur de la Revue canadienne d’orthophonie et d’audiologie. Il faut mentionner la source (OAC, nom de la publication, titre de l’article, numéro du volume, numéro de parution et nombre de pages), mais sans laisser entendre que l’OAC vous approuve ou approuve l’utilisation que vous faites du texte. Il est interdit d’utiliser le document à des fins commerciales. Il est interdit de modifier, transformer ou développer le texte.