Revue canadienne d’orthophonie et d’audiologie

Geriatric Audiology Curricula and Clinical Practice: A Canadian Perspective

 
Auteur(s) J.B. Orange, PhD
Christine L MacNeill, MCISc
James Stouffer, PhD
Volume 21
Nombre 2
Année 1997
Page(s) 84-103
Langue Anglais
Catégorie
Mots-clés audiology
geriatric
curriculum
clinical
practice
Abrégé The projected increase in the percentage of older adults in Canada and the high prevalence of hearing impairment among this group suggest that adults 65 years of age or older will place greater demands on the services provided by hearing health care professionals in the near future. To date, however, there are no published data that describe either the status of geriatric audiology curricula in Canadian universities or the clinical practice patterns of audiologists in geriatric audiology. The purpose of this study was twofold. The first was to examine the curricula relating to geriatric audiology in the six Canadian university audiology programs. The second was to survey audiologists in Canada concerning their clinical practice patterns in geriatric audiology. Completed questionnaires were received from all six Canadian university audiology programs and from 406 audiologists. Five of the six universities provide students with curriculum considered necessary by the national professional association for the identification and treatment of hearing-impaired older adults. Also, clinical education in geriatric audiology varies greatly among the university programs. Clinicians consider both academic and clinical education as effective tools for learning about geriatric audiology issues. They also indicated, however, that professional experiences are the most valuable method for learning about the hearing needs of older adults.



L'augmentation prévue du pourcentage d'adultes âgés au Canada et la fréquence de la déficience auditive chez cette population amènent à penser que les adultes de 65 ans et plus provoqueront, dans un avenir rapproché, une forte croissance de la demande pour les services des professionnels de la santé auditive. Jusqu'à présent, toutefois, aucune des données publiées ne fait état des cours actuellement offerts en audiologie gériatrique dans les universités canadiennes ni des schémas de la pratique clinique des audiologistes en gériatrie. Cette étude avait une double fin: examiner les cours en audiologie gériatrique dans les six programmes d'audiologie des universités canadiennes et effectuer un sondage auprès des audiologistes du Canada pour connaître le schéma de leur pratique clinique en gériatrie. Les six universités et 406 audiologistes ont retourné le questionnaire après l'avoir rempli. Cinq des six universités offrent aux étudiants des cours que l'association professionnelle nationale juge essentiels pour le dépistage et le traitement des aînés malentendants. De plus, la formation clinique en audiologie gériatrique varie énormément d'une université à l'autre. Les cliniciens estiment que tant les cours théoriques que l'enseignement clinique sont des outils efficaces pour connaître les problèmes audiologiques en gériatrie. Néanmoins, ils ont fait savoir que l'expérience professionnelle était la méthode idéale pour apprendre à conaîtres les besoins audiologiques des personnes âgées.
ID 144
Lien http://cjslpa.ca/files/1997_JSLPA_Vol_21/No_02_69-144/Orange_MacNeill_Stouffer_JSLPA_1997.pdf
 
Share |

La RCOA est une revue à accès libre, ce qui signifie que tous les articles sont accessibles sur Internet à tous les utilisateurs dès la publication. Les utilisateurs sont autorisés à lire, télécharger, copier, distribuer, imprimer, interroger ou référencer le contenu intégral des articles, ou à utiliser ce contenu à toutes autres fins licites.

La RCOA n’impose aucuns frais d’édition ou de traitement aux auteurs.

C’est l’Orthophonie et Audiologie Canada (OAC) qui détient le droit d’auteur de la Revue canadienne d’orthophonie et d’audiologie. Il faut mentionner la source (OAC, nom de la publication, titre de l’article, numéro du volume, numéro de parution et nombre de pages), mais sans laisser entendre que l’OAC vous approuve ou approuve l’utilisation que vous faites du texte. Il est interdit d’utiliser le document à des fins commerciales. Il est interdit de modifier, transformer ou développer le texte.