Revue canadienne d’orthophonie et d’audiologie

Modèle de prestation de services d’orthophonie dans des centres préscolaires se trouvant en milieux socio-économiques faibles : Une évaluation exploratoire

 
Auteur(s) Deirdre Mander, M.Sc.
Nicole Moore, M.Cl.Sc.
Volume 39
Nombre 3
Année 2015
Page(s) 214-36
Langue Anglais
Catégorie
Mots-clés collaboration
ECE
perceptions
evaluation
S-LP
integrated
solutions
preschool
Abrégé Speech and language support in the classroom may be especially relevant for children in low-income families as these children are at risk for difficulties in health, development, and academic success. To this end, many preschools and schools have embraced community-based interventions, often resulting in speech-language pathologists (S-LPs) collaborating with educators to provide service in the classroom, which has been demonstrated to facilitate language development (Farber & Klein, 1999; McEwen, 2007, Shaughnessy & Sanger, 2005). In 1983, an association of preschools serving low-income families in an urban Canadian city procured speech and language services from a local children’s hospital to be delivered in the eleven preschools. The results of this survey based research reveal the perceptions of 34 early childhood educators (ECEs) about the speech and language (S-L) service delivery model.

Respondents generally described the service model similarly to how the S-LPs intended it. Survey results revealed a strong collaborative relationship between S-LPs and ECEs. Aspects of this adaptive, integrated and collaborative model were judged effective but ECEs perceived that not all children received service. S-LPs interacted appropriately with families but some ECEs highlighted the need for more communication with families. Feedback provided new directions for improving the S-L service and initiatives have been implemented to increase effectiveness and strengthen collaborative relationships with ECEs and families, to the benefit of the children.

Le soutien d’orthophonistes en salles de classe peut être particulièrement pertinent pour les enfants de familles à faible revenu puisque ces enfants sont à risque de difficultés de santé et de développement ainsi que de problèmes au plan académique. Dans ce but, plusieurs centres préscolaires et écoles ont choisi des interventions communautaires, où des orthophonistes collaborent souvent avec des éducateurs pour offrir des services dans les classes, ce qui s’est avéré faciliter le développement du langage (Farber & Klein, 1999; McEwen, 2007, Shaughnessy & Sanger, 2005). En 1983, une association de centres préscolaires desservant des familles à faible revenu en milieu urbain dans une ville canadienne ont sollicité les services en orthophonie d’un hôpital pour enfants local pour onze centres préscolaires. La présente étude rapporte les résultats d’un sondage mené auprès de 34 éducateurs et éducatrices de la petite enfance en lien avec ce modèle de prestation de services en orthophonie.

En général, les répondants ont décrit un modèle semblable à celui que souhaitaient les orthophonistes. Les résultats de l’étude ont révélé une grande collaboration entre les éducateurs et les orthophonistes. Certains aspects de ce modèle adaptable, intégré et collaboratif ont été jugés efficaces, mais certains éducateurs ont perçu que les enfants n’ont pas tous reçu des services. Les orthophonistes interagissaient de façon appropriée avec les familles, mais certains d’entre eux ont souligné le besoin de plus de communication avec les familles. Les commentaires ont offert de nouvelles directions pour l’amélioration des services en orthophonie. On a mis en oeuvre des initiatives visant à améliorer l’efficacité et renforcer les relations de collaboration entre les orthophonistes et les familles au profit des enfants.
ID 1179
Lien http://cjslpa.ca/files/2015_CJSLPA_Vol_39/No_03/Paper_1_CJSLPA_Fall_2015_Vol_39_No_3_Mander_Moore.pdf
 
Share |

La RCOA est une revue à accès libre, ce qui signifie que tous les articles sont accessibles sur Internet à tous les utilisateurs dès la publication. Les utilisateurs sont autorisés à lire, télécharger, copier, distribuer, imprimer, interroger ou référencer le contenu intégral des articles, ou à utiliser ce contenu à toutes autres fins licites.

La RCOA n’impose aucuns frais d’édition ou de traitement aux auteurs.

C’est l’Orthophonie et Audiologie Canada (OAC) qui détient le droit d’auteur de la Revue canadienne d’orthophonie et d’audiologie. Il faut mentionner la source (OAC, nom de la publication, titre de l’article, numéro du volume, numéro de parution et nombre de pages), mais sans laisser entendre que l’OAC vous approuve ou approuve l’utilisation que vous faites du texte. Il est interdit d’utiliser le document à des fins commerciales. Il est interdit de modifier, transformer ou développer le texte.