Revue canadienne d’orthophonie et d’audiologie

Report on Benchmark Wait Times for Pediatric Speech Sound Disorders / Rapport sur les temps d’attente repères pour l’orthophonie pédiatrique

 
Auteur(s) Susan Rvachew
Susan Rafaat
Volume 38
Nombre 1
Année 2014
Page(s) 82-96
Langue Anglais
Catégorie
Mots-clés speech
sound
disorders
phonology
wait
times
assessment
intervention
Abrégé The Pan Canadian Alliance of Speech-Language Pathology and Audiology Organizations has
developed wait times benchmarks for diagnostic groupings relevant to speech-language pathology
and audiology. This report presents the outcome of this endeavor for the Speech Sound Disorder
(SSD) diagnosis. The purpose of a wait time benchmark is to provide a credible evidence-based
recommendation for a given service (in this case, speech-language pathology assessment and
intervention for SSDs), and to clarify the risk factors associated with waiting past the time when
the patient’s health is likely to be adversely affected according to clinical consensus and the best
available scientific evidence. SSDs are characterized by a high frequency of speech sound errors
relative to the child’s age peers, impacting the intelligibility of the child’s speech. SSD often cooccurs
with oral and written language impairments. When the SSD persists past the age of school
entry, long-term difficulties in the social, emotional, academic and vocational domains can become
significant concerns. Fortunately standard interventions have been shown to be effective when
provided with sufficient intensity and duration. The Alliance’s Wait Times Project reviewed this
literature and recommended wait times for assessment and intervention with the most critical
period for rapid service being the two year window prior to school entry. This report provides an
example of a collaborative enterprise between academia and clinical practitioners that serves to
benefit both consumers and providers of speech, language, and hearing services across the country.

L’Alliance pancanadienne des associations d’orthophonistes et d’audiologistes a développé des
balises relatives au temps d’attente pour des regroupements diagnostiques en orthophonie et en
audiologie. Ce rapport présente les résultats de cet effort pour le diagnostic de troubles des sons
de la parole. Le but de ces balises est d’offrir des recommandations crédibles basées sur les faits
probants pour un service donné (dans ce cas-ci, l’évaluation orthophonique et l’intervention en
matière de troubles des sons de la parole) et de clarifier les facteurs de risque associés au temps
d’attente lorsque la santé du patient risque d’être affectée de façon négative, selon le consensus
clinique et les meilleures preuves scientifiques disponibles. Les troubles des sons de la parole sont
caractérisés par une fréquence élevée d’erreurs de phonèmes, comparativement à d’autres enfants
du même âge, qui ont un impact sur l’intelligibilité de la parole de l’enfant. Les troubles des sons de
la parole se présentent souvent avec des problèmes de langage oral et écrit. Quand les troubles
persistent après l’âge d’entrée à l’école, ils peuvent occasionner des problèmes importants à long
terme dans plusieurs domaines : social, émotif, académique et professionnel qu’on ne peut ignorer.
Heureusement, les interventions standardisées se sont démontrées efficaces quand elles sont de
durée et d’intensité suffisantes. Le projet « temps d’attente » de l’Alliance a effectué une analyse
des écrits et recommande des temps d’attente pour l’évaluation et l’intervention : la période la plus
critique étant la fenêtre de deux ans précédant l’entrée à l’école. Ce rapport est un exemple de
collaboration entre les universitaires et les cliniciens en pratique, qui profitera aux consommateurs
et à ceux offrant des services en orthophonie et en audiologie à travers le pays.
ID 1145
Lien http://cjslpa.ca/files/2014_CJSLPA_Vol_38/No_01/CJSLPA_Spring_2014_Vol_38_No_1_Rvachew.pdf
 
Share |

La RCOA est une revue à accès libre, ce qui signifie que tous les articles sont accessibles sur Internet à tous les utilisateurs dès la publication. Les utilisateurs sont autorisés à lire, télécharger, copier, distribuer, imprimer, interroger ou référencer le contenu intégral des articles, ou à utiliser ce contenu à toutes autres fins licites.

La RCOA n’impose aucuns frais d’édition ou de traitement aux auteurs.

C’est l’Orthophonie et Audiologie Canada (OAC) qui détient le droit d’auteur de la Revue canadienne d’orthophonie et d’audiologie. Il faut mentionner la source (OAC, nom de la publication, titre de l’article, numéro du volume, numéro de parution et nombre de pages), mais sans laisser entendre que l’OAC vous approuve ou approuve l’utilisation que vous faites du texte. Il est interdit d’utiliser le document à des fins commerciales. Il est interdit de modifier, transformer ou développer le texte.