Revue canadienne d’orthophonie et d’audiologie

The Language Profile of School-Aged Children with Fetal Alcohol Spectrum Disorder (FASD)

 
Auteur(s) Shelley Proven
Carla Ens
Paul G. Beaudin
Volume 37
Nombre 4
Année 2013
Page(s) 268-279
Langue Anglais
Catégorie
Mots-clés FETAL
ALCOHOL
SPECTRUM DISORDER
FASD
PARTIAL
ALCOHOL SYNDROME
PFAS
RELATED NEURODEVELOPMENTAL DISORDER
ARND
PRENATAL
ALCOHOL EXPOSURE
LANGUAGE
DEVELOPMENT
DISORDERS
CLINICAL
EVALUATION
OF LANGUAGE
FUNDAMENTALS- 4TH
EDITION
CELF-4
Abrégé A population-based study of school age children diagnosed with FASD was conducted to evaluate the language abilities of these children and describe their language strengths and weaknesses. A retrospective chart review methodology was applied to examine language abilities of children diagnosed with FASD. Secondary data from 124 children aged 5 to 18 years, who were diagnosed with FASD between January 2005 and October 2010, were included in the study. Results from the CELF-4 language assessment tool were analyzed to compare the language abilities of these children. This study revealed globally poor performance across expressive and receptive language abilities, suggesting that language development is significantly affected by prenatal alcohol exposure. The Core Language Index Scores (total test scores) showed almost 70% of the participants received a language rating of “severe” (indicating significant communication impairments). About 20% had a rating of either ”moderate” or “mild”, and fewer than 15% had a rating of “average”. Approximately 85% of the sample experienced mild to severe language delays in the index categories. The 5 to 8 year old age group had the highest average scores in all index categories, whereas the 9 year-olds consistently had the lowest average scores. The changing profile by age group is significant with important ramifications on longitudinal language testing and programming. A better understanding of language abilities in children with prenatal alcohol exposure may lead to improved planning for language interventions.

Une étude d’une population d’enfants d’âge scolaire ayant un diagnostic de SAF a été faite afin d’évaluer les habiletés langagières de ces enfants et de décrire leurs forces et leurs faiblesses au plan du langage. Une méthodologie d’examen rétrospectif des dossiers fut appliquée. Des données secondaires de 124 enfants âgés de 5 à 18 ans ayant le diagnostic de SAF, recueillies entre janvier 2005 et octobre 2010, furent inclues dans l’étude. Les résultats de l’outil d’évaluation langagière CELF-4 ont été analysés pour comparer les habiletés linguistiques de ces enfants. Cette étude a révélé une performance généralement pauvre pour les habiletés langagières expressives et réceptives, ce qui suggère que le développement langagier est affecté de façon significative par l’exposition prénatale à l’alcool. Les scores de base des indices langagiers (CLIS) (résultat total des tests) démontrent que presque 70 % des participants ont reçu une cote « sévère » (indiquant des troubles importants de communication). Environ 20 % ont reçu une cote de degré « modéré » ou « léger » et moins de 15 % ont reçu une cote de degré « moyen ». Environ 85 % des participants accusaient un retard de langage de léger à sévère dans les catégories d’indices. Le groupe des cinq à huit ans avait les taux moyens les plus élevés dans toutes les catégories d’indices, alors que les enfants de neuf ans avaient constamment les taux moyens les plus bas. Le changement de profil selon le groupe d’âge est significatif, ce qui a des ramifications importantes sur l’évaluation et la programmation longitudinale du langage. Une meilleure compréhension des habiletés langagières des enfants exposés à l’alcool en période prénatale pourra contribuer à l’amélioration des interventions dans le domaine du langage.
ID 1135
Lien http://cjslpa.ca/files/2013_CJSLPA_Vol_37/No_04_245-213/Proven_Ens_Beaudin_Winter_2013.pdf
 
Share |

La RCOA est une revue à accès libre, ce qui signifie que tous les articles sont accessibles sur Internet à tous les utilisateurs dès la publication. Les utilisateurs sont autorisés à lire, télécharger, copier, distribuer, imprimer, interroger ou référencer le contenu intégral des articles, ou à utiliser ce contenu à toutes autres fins licites.

La RCOA n’impose aucuns frais d’édition ou de traitement aux auteurs.

C’est l’Orthophonie et Audiologie Canada (OAC) qui détient le droit d’auteur de la Revue canadienne d’orthophonie et d’audiologie. Il faut mentionner la source (OAC, nom de la publication, titre de l’article, numéro du volume, numéro de parution et nombre de pages), mais sans laisser entendre que l’OAC vous approuve ou approuve l’utilisation que vous faites du texte. Il est interdit d’utiliser le document à des fins commerciales. Il est interdit de modifier, transformer ou développer le texte.