Revue canadienne d’orthophonie et d’audiologie

Testing Local: Small-Scale Language Sample Databases for ESL Assessment

 
Auteur(s) Kate Ballem Chase
Judith R. Johnston
Volume 37
Nombre 1
Année 2013
Page(s)
Langue Anglais
Catégorie
Mots-clés
Abrégé Purpose: This study describes the development of a small scale, local language sample database of children who were learning English as a second language. Goals were to develop a clinically useful, cost efficient means for comparing second language learning children to an appropriate peer group, and to determine whether a localized approach to database development could provide a practical solution to English Second Language (ESL) assessment.

Method: Narrative language samples were gathered from 18 typically developing 7 year olds learning English as a second language. These children spoke either Mandarin or Cantonese as their first language, and had entered kindergarten with little or no knowledge of English. Samples were compared on a full range of linguistic variables to samples collected from age-matched monolingual English speakers, drawn from a Systematic Analysis of Language Transcripts database.

Results: ESL children performed similarly to monolingual children on measures of lexical diversity, syntax, and language processing, but made more morphological errors.

Conclusion: The pattern of strengths and weaknesses observed in the ESL children differentiates them from monolingual English speakers and also from children with learning impairments, and thus demonstrates the potential usefulness of language sample databases in the assessment of this population.

But : Cette étude décrit le développement d’une petite base de données d’échantillons locaux de langage d’enfants qui apprenaient l’anglais comme langue seconde. Les buts étaient de développer un moyen économique et cliniquement utile pour comparer un groupe d’enfants apprenant une langue seconde à un groupe de pairs approprié, et de déterminer si le développement d’une base de données locale pourrait offrir une solution pratique à l’évaluation de l’anglais langue seconde.

Méthodologie : Des échantillons de langage narratif ont été recueillis auprès de 18 enfants de sept ans au développement typique qui apprenaient l’anglais comme lange seconde. Ces enfants parlaient le mandarin ou le cantonais comme langue maternelle et étaient entrés à la maternelle avec peu ou pas de connaissances de l’anglais. Les échantillons ont été comparés selon des variables linguistiques à des échantillons recueillis auprès de locuteurs unilingues anglophones du même âge, tirés d’une base de données d’analyse systématique de transcriptions linguistiques.

Résultats : Les enfants ayant l’anglais comme langue seconde ont obtenu un niveau de réussite égal à celui des enfants unilingues sur les mesures de diversité lexicale, de syntaxe et de traitement du langage, mais ils ont fait plus d’erreurs morphologiques.

Conclusion : Le tableau regroupant les forces et des faiblesses observées chez les enfants apprenant l’anglais comme langue seconde se différencie de celui des enfants anglophones unilingues ainsi que de celui des enfants ayant des troubles d’apprentissage. Les résultats illustrent donc l’utilité potentielle des bases de données d’échantillons linguistiques dans l’évaluation de cette population.
ID 1121
Lien http://cjslpa.ca/files/2013_CJSLPA_Vol_37/No_01_1-127/Chase_Johnston_CJSLPA_Spring_2013.pdf
 
Share |

La RCOA est une revue à accès libre, ce qui signifie que tous les articles sont accessibles sur Internet à tous les utilisateurs dès la publication. Les utilisateurs sont autorisés à lire, télécharger, copier, distribuer, imprimer, interroger ou référencer le contenu intégral des articles, ou à utiliser ce contenu à toutes autres fins licites.

La RCOA n’impose aucuns frais d’édition ou de traitement aux auteurs.

C’est l’Orthophonie et Audiologie Canada (OAC) qui détient le droit d’auteur de la Revue canadienne d’orthophonie et d’audiologie. Il faut mentionner la source (OAC, nom de la publication, titre de l’article, numéro du volume, numéro de parution et nombre de pages), mais sans laisser entendre que l’OAC vous approuve ou approuve l’utilisation que vous faites du texte. Il est interdit d’utiliser le document à des fins commerciales. Il est interdit de modifier, transformer ou développer le texte.