Revue canadienne d’orthophonie et d’audiologie

Sentence Final Hearing Aid Gain Requirements of Some Non-English Languages

 
Auteur(s) Marshall Chasin
Volume 36
Nombre 3
Année 2012
Page(s) 196-203
Langue Anglais
Catégorie
Mots-clés HEARING
AIDS
LANGUAGES
AMPLIFICATION
COMPRESSION
Abrégé The speech intelligibility index (SII) has many uses for assessing aided gain from hearings aids. In an effort to extend the various hearing aid fitting formulae to non-English languages, some researchers have modified the SII. These changes result in a number of frequency responserelated issues such as an increase in the low frequency region due to a language being tonal or morae based. Nevertheless, the SII provides no information for supra-segmental, morphological or syntactic properties of a language. Linguistic differences that would not show up on a measure of the SII are the subject of this study. Specifically, languages that possess a syntactic word order of subject-object-verb (SOV) have lower intensity sentence final levels than English. It was hypothesized that in these SOV languages more gain for soft-level (sentence final) inputs would be required than when listening to, or speaking English. One hundred and two bilingual hard of hearing subjects (71 female and 31 male) who spoke English as well as another language possessing a SOV word order and who were undergoing a routine clinical hearing aid evaluation were assessed. Each of the subjects was provided control over the NOAH hearing aid module and was instructed to adjust the amount of gain required for soft-level inputs while listening to .wav files of cold running speech in their non-English language, as well as while listening to a similar .wav file of English. Differences in the amount of gain desired for soft-level inputs for each of the 102 subjects was recorded at 1000 Hz. Clinical information was provided concerning how the amount of hearing aid gain for soft-level inputs can be changed as a function of language that inherently has less sentence final intensity than English. Results indicate that languages that possess a SOV word order requires about 3 dB more gain for softlevel inputs found in a sentence final position (verb) than for languages that possess a SVO word order such as English. This finding, based on a suprasegmental characteristic of speech, would not be seen on conventional measures of SII.

L’index d’intelligibilité de la parole (IIP) a de nombreux usages pour évaluer le gain d’appareils auditifs. Dans un effort d’appliquer les différentes formules d’ajustement des appareils auditifs à des langues autres que l’anglais, certains chercheurs ont modifié l’IIP. Ces changements aboutissent à un certain nombre de problèmes reliés à la réponse en fréquence comme une augmentation dans les basses fréquences due au fait qu’une langue soit basée sur les tons ou les morae. Quoi qu’il en soit, l’IIP ne donne aucune information pour les propriétés suprasegmentales, morphologiques ou syntaxiques d’une langue. Des différences linguistiques qui ne ressortiraient pas sur une mesure de l’IIP font l’objet de la présente étude. Plus précisément, les langues possédant un ordre syntactique de type sujet-objet-verbe (SOV) ont des niveaux de finales de phrases de plus faible intensité que ceux de l’anglais. On a posé l’hypothèse que, dans ces langues SOV, plus de gain pour l’input de faible niveau (finale de phrases) serait nécessaire que quand on écoute ou on parle l’anglais. Cent deux participants bilingues malentendants (71 femmes et 31 hommes) parlant l’anglais ainsi qu’une autre langue de structure SOV et consultant pour une évaluation clinique de routine de leur appareil auditif furent évalués. On a donné à chacun des participants le contrôle sur le module NOAH dédié aux appareils auditifs et on leur a demandé d’ajuster la quantité de gain nécessaire pour les inputs de faible volume lors de l’écoute de fichiers .wav d’un passage verbal sans changement d’intonation dans sa langue, autre que l’anglais, ainsi qu’en écoutant un fichier .wav semblable en anglais. Les différences dans la quantité de gain désirée pour les inputs à faible volume pour chacun des 102 participants ont été enregistrées à 1000 Hz. L’information clinique a été fournie au sujet du changement possible de la quantité de gain de l’appareil auditif en fonction d’une langue qui a, de façon inhérente, des finales de phrases moins intenses que l’anglais. Les résultats indiquent que les langues qui ont un ordre de mots SOV ont besoin d’environ 3dB de plus de gain pour des mots de faible intensité trouvés dans une position finale de phrase (verbe) que pour des langues possédant un ordre de mots SVO, comme l’anglais. Cette constatation, basée sur les aspects supra-segmentaux de la langue, ne serait pas perceptible à partir des mesures conventionnelles de l’IIP.
ID 1105
Lien http://cjslpa.ca/files/2012_CJSLPA_Vol_36/No_03_176_263/Chasin_CJSLPA.pdf
 
Share |

La RCOA est une revue à accès libre, ce qui signifie que tous les articles sont accessibles sur Internet à tous les utilisateurs dès la publication. Les utilisateurs sont autorisés à lire, télécharger, copier, distribuer, imprimer, interroger ou référencer le contenu intégral des articles, ou à utiliser ce contenu à toutes autres fins licites.

La RCOA n’impose aucuns frais d’édition ou de traitement aux auteurs.

C’est l’Orthophonie et Audiologie Canada (OAC) qui détient le droit d’auteur de la Revue canadienne d’orthophonie et d’audiologie. Il faut mentionner la source (OAC, nom de la publication, titre de l’article, numéro du volume, numéro de parution et nombre de pages), mais sans laisser entendre que l’OAC vous approuve ou approuve l’utilisation que vous faites du texte. Il est interdit d’utiliser le document à des fins commerciales. Il est interdit de modifier, transformer ou développer le texte.