Revue canadienne d’orthophonie et d’audiologie

Speech audiometry with non-native English speakers: The use of digits and Cantonese words as stimuli

 
Auteur(s) Stefka H. Marinova-Todd
Carrie K. Siu
Lorienne M. Jenstad
Volume 35
Nombre 3
Année 2011
Page(s) 220-227
Langue Anglais
Catégorie
Mots-clés SRT WRS DIGITS
MULTILINGUAL SPEECH
AUDIOMETRY NON-NATIVE
ENGLISH CANTONESE
Abrégé This pilot study investigated validity of English speech audiometry with non-native English speakers. Two widely used procedures in speech audiometry, the Speech Reception Threshold and the Word Recognition Score, were administered to 45 adults with English as their second language, 30 of whom were Cantonese native speakers. The effects of test stimuli (English words, English digits and Cantonese words) on the test performance were analyzed. English digit pair stimuli were found to be more accurate predictors of pure-tone average than English word stimuli for all participants, while Cantonese words elicited the lowest speech audiometric thresholds from the Cantonese-speaking participants. In terms of word recognition scores, the effect of noise was largest when testing was done in the second language. The subjects with hearing impairment were not disadvantaged when tested in their first language, Cantonese, but they had significantly lower scores when tested in their second language, English. The results from this study are of theoretical importance. In order to determine their clinical significance, more research with larger sample sizes is necessary. We conclude that clinicians should use caution when interpreting the results from a speech test when assessing non-native Englishspeaking clients.

Cette étude pilote a examiné la validité d’une audiométrie en anglais chez des personnes don’t la langue maternelle n’est pas l’anglais. Un groupe de quarante-cinq adultes, pour qui l’anglais est la langue seconde et don’t trente parlent le cantonais comme langue première, a passé deux tests très répandus en audiométrie vocale : le seuil d’intelligibilité et le pourcentage de reconnaissance des mots. Les effets des stimuli (mots anglais, chiffres anglais et mots cantonais) sur les résultats du test ont été analysés. Les chiffres en anglais étaient des indicateurs plus précis de la moyenne des sons purs que les mots en anglais pour tous les participants, alors que les mots en cantonais ont obtenu les seuils d’audiométrie vocale les plus bas pour les participants parlant le cantonais. En ce qui concerne le pourcentage de reconnaissance des mots, les répercussions du bruit étaient plus grandes lorsque le test était effectué dans la langue seconde. Les sujets souffrant de troubles auditifs n’étaient pas désavantagés lorsque le test était effectué dans leur langue première, le cantonais, mais ils ont obtenu des résultats significativement plus bas lorsque testés dans leur langue seconde, l’anglais. Les résultats de cette étude ont une importance théorique. Afin de déterminer leur signification clinique, il est nécessaire d’effectuer davantage de recherches sur des échantillons plus grands. Nous avons conclu que les cliniciens devraient faire preuve de prudence lorsqu’ils interprètent les résultats d’un test oral effectué chez des patients don’t la langue maternelle n’est pas l’anglais.
ID 1075
Lien http://cjslpa.ca/files/2011_CJSLPA_Vol_35/No_03_214-277/Marinova_Siu_Jenstad_CJSLPA_2011.pdf
 
Share |

La RCOA est une revue à accès libre, ce qui signifie que tous les articles sont accessibles sur Internet à tous les utilisateurs dès la publication. Les utilisateurs sont autorisés à lire, télécharger, copier, distribuer, imprimer, interroger ou référencer le contenu intégral des articles, ou à utiliser ce contenu à toutes autres fins licites.

La RCOA n’impose aucuns frais d’édition ou de traitement aux auteurs.

C’est l’Orthophonie et Audiologie Canada (OAC) qui détient le droit d’auteur de la Revue canadienne d’orthophonie et d’audiologie. Il faut mentionner la source (OAC, nom de la publication, titre de l’article, numéro du volume, numéro de parution et nombre de pages), mais sans laisser entendre que l’OAC vous approuve ou approuve l’utilisation que vous faites du texte. Il est interdit d’utiliser le document à des fins commerciales. Il est interdit de modifier, transformer ou développer le texte.